(Dé)construire l’(In)acceptable : la santé environnementale en contexte postcolonial

La séance est présentée par Cécilia Claeys, sociologue et maître de conférences à Aix Marseille Université, membre du laboratoire Population Environnement Développement (LPED). Ses travaux s’inscrivent en sociologie de l’environnement et des risques environnementaux, et relèvent d’une sociologie critique.

À travers une présentation de ses études sur les moustiques comme problème de santé environnementale, le séminaire de Cécilia Claeys est une invitation à dénaturaliser la construction sociale de ce qui est acceptable ou non. En appréhendant l’acceptabilité comme système de représentations normées, la sociologie critique vient ici questionner les origines de ces normes qui sont toujours historiquement, culturellement et socialement situées et, par conséquent, jamais objectives. La façon dont sont perçus les moustiques vecteurs de maladies, les réactions des populations mais aussi les prescriptions des politiques publiques sont ainsi autant de normes à déconstruire par le prisme du postcolonialisme.

1 – Généalogie des problématiques de santé environnementale autour du moustique

A. De l’émergence des statistiques à un nouveau paradigme écosystémique

Si la notion de risque est aujourd’hui étroitement associée aux probabilités, l’idée d’une volonté divine décidant du sort réservé à l’humanité a longtemps régné sur le territoire français. Durant l’Ancien Régime, l’emprise de l’idéologie chrétienne interdit ainsi d’envisager un quelconque impact de l’environnement sur la santé. Pourtant, les statistiques existent déjà depuis un long moment. Au XIVe siècle, certains marins calculent le coût de leur marchandise en prenant en compte le risque de perdre des navires ou de voir leur marchandise se dégrader. Une réelle conceptualisation des probabilités arrive par la suite avec les premiers écrits de Blaise Pascal, qui mesure les corrélations entre la santé humaine et la qualité de l’environnement. À la fin du XIXe siècle, un lien direct est fait entre l’épidémie de tuberculose qui sévit à l’époque et les conditions de vie des malades. Néanmoins, cela entraine une forte stigmatisation des victimes. En pleine période de morale bourgeoise, être atteint de la « maladie des poètes » est vu comme le prix à payer d’une vie malsaine. De fait, plutôt que de prendre de réelles mesures pour lutter contre la maladie, les politiques publiques tombent dans l’écueil de stigmatiser tout un pan du prolétariat.

Au regard de ces dérives sociales entrainées par une considération du lien entre santé et environnement, André Cicolella invite à penser un « nouveau paradigme écosystémique », moins stigmatisant pour les victimes et prenant en compte une véritable étude des « causes des causes » des épidémies. Cécilia Claeys constate néanmoins un passage du concept à la pratique compliqué et relève certaines contradictions :

« Il y a des contradictions intrinsèques au concept de santé environnementale : les vulnérabilités de l’environnement et de l’être humain sont corrélées mais parfois, soigner l’être humain peut aggraver la vulnérabilité de l’écosystème »

À travers l’étude des politiques de prévention du Chikungunya, de la dengue et du Zika, une des problématiques de Cécilia Claeys est ainsi de cerner dans quelles mesures ce nouveau paradigme est mis en application.

B. Aedes Albopictus et Aedes Aegypti : géohistoire de deux moustiques vecteurs d’arboviroses

Les arboviroses sont l’ensemble des maladies virales transportées par un insecte. Et qui de mieux placé que le moustique pour transmettre ces virus à l’être humain ? Anthropomorphique, le moustique a l’habitude de s’adapter à l’homme, en associant par exemple zones lumineuses et activité humaine. Certaines espèces parviennent même à nous suivre sur des milliers de kilomètres, non pas en volant, mais en voyageant à nos côtés dans les voitures, trains ou avions. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver des larves collées aux pneus des véhicules. Toutes ces aptitudes ne se sont pas développées par hasard : la femelle moustique a besoin d’un apport de protéines suffisant pour la ponte, et le sang humain en est une source toute trouvée. Dans son étude, Cécilia Claeys s’est intéressée à deux espèces bien particulières, vectrices des virus du Chikungunya, de la dengue et du Zika : Aedes Albopictus (plus communément appelé moustique tigre) et Aedes Aegypti. Répandu un peu partout sur la planète, Albopictus est considéré comme l’espèce la plus invasive : ce dernier n’a en général besoin que d’une petite quantité d’eau claire pour se développer. Aegypti se cantonne quant à lui aux zones tropicales.

Comme son nom l’indique, Aegypti fait référence à l’Égypte, mais est aussi associé à un lourd passé colonial. Initialement exclusivement présent en Afrique, le moustique est petit à petit introduit dans les colonies par le biais du commerce triangulaire et des bateaux de transport d’esclaves. Les premiers à en faire les frais sont les colons des Antilles déployés dans des forteresses aux creux des baies. Installés au cœur de l’écosystème du moustique, des milliers d’entre eux sont décimés par le paludisme du fait de leur méconnaissance environnementale. Au moment de l’abolition de l’esclavage en 1848, ce sera au tour des esclaves affranchis de s’établir sur les franges littorales et de côtoyer le moustique. Les premières considérations étatiques vis-à- vis de ces territoires ont lieu en 1910 suite à un rapport démontrant que les contaminations sont liées à des problèmes de salubrité urbaine. Mais là encore, au lieu de regarder les causes, les politiques publiques se contentent de stigmatiser les victimes, vivant sur des terres d’esclaves.

C. Une distinction Nord/Sud des problématiques de santé environnementale bousculée

Si au « Sud » les moustiques ont toujours été un enjeu sanitaire important et le paludisme un lourd fardeau pour les populations, au « Nord » il n’y a plus de réel problème sanitaire depuis le milieu du XXe siècle. En France, le dernier cas de paludisme remonte à 1947 et la prophylaxie (l’ensemble des mesures à prendre pour prévenir les maladies) relève davantage d’une démoustication de confort. Néanmoins, depuis une vingtaine d’année, cette distinction Nord/ Sud a quelque peu éclaté et on constate une réémergence sanitaire au Nord. En 2004, Albopictus arrive en France métropolitaine depuis l’Italie et les littoraux méditerranéens. En 2006, le premier plan de lutte anti-vectorielle est lancé sur l’hexagone. Cécilia Claeys explique cette convergence des enjeux sanitaires entre Nord et Sud à partir de quatre procès :

« Au niveau des questions de santé environnementale, la distinction entre Nord et Sud est actuellement bousculée par les effets cumulés de la mondialisation, des mutations génétiques, de l’urbanisation et du changement climatique »

Premier facteur de cette évolution, la mondialisation est à l’origine de l’introduction de plusieurs espèces invasives de moustiques sur des territoires jusqu’alors épargnés. Si à la suite de l’arrivée d’Aedes Aegypti les Antilles sont uniquement touchées par le paludisme, la mondialisation entraine rapidement l’observation des premiers cas de Chikungunya et de Zika. Les mutations génétiques des moustiques liées à l’emploi d’insecticides sont également à prendre en compte dans une redéfinition géopolitique des problématiques de santé environnementale. L’inefficacité des insecticides, devenus inutilisables dans certaines régions du globe, invite à repenser la lutte anti- vectorielle de manière globale. Ensuite, l’urbanisation n’est pas innocente à la prolifération sans frontière des moustiques :

« Aujourd’hui, les espaces urbains et péri-urbains sont des hotspots pour le développement des moustiques. Ce sont des environnements dans lesquels les moustiques savent se développer. »

Le réchauffement climatique, en apportant des conditions de vie favorables aux moustiques, multiplie les aires d’expansion de certaines espèces.

2 – Représentations, comportements et politiques publiques par le prisme du postcolonialisme

A. Qu’est-ce que le postcolonialisme ?

Le postcolonialisme n’est ni un nouveau colonialisme, ni une période détachée qui suivrait le colonialisme : ça englobe tout le processus colonial jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance des régions colonisées ne suffit pas à occulter les traces de la domination coloniale : en effet, celle-ci ne repose pas seulement sur une infrastructure militaire et une occupation physique des territoires mais aussi, et surtout, sur un appareil du savoir (discours, représentations, croyances) qui, lui, imprègne encore aujourd’hui les relations interculturelles. Couper physiquement la domination coloniale permet de rompre avec la période coloniale, mais ce qui est postcolonial implique de penser des processus contemporains de domination toujours à l’œuvre, de façon plus subtile et moins explicite. Dans Edge of Empire : Postcolonialism and the City, Jane Jacobs explique :

« Les formations coloniales n’appartiennent pas seulement à un passé que le présent s’attache à effacer, mais bien à un passé qui est en train d’être nostalgiquement retravaillé et adapté au présent, non sans inventivité.»

L’approche postcoloniale se développe dans un premier temps dans les pays anglo-saxons au cours des années 1980 avec les postcolonial studies, et plus tardivement en France. Le phénomène postcolonial en France s’observe dans les anciennes colonies mais aussi dans l’actuelle France d’outre-mer, territoires éloignés de la France métropolitaine (d’ailleurs issus des empires coloniaux). Dans Des Outre-mer et non pas l’Outre-mer, François Vergès explique par exemple que considérer l’Outre-mer comme unique revient à ignorer les spécificités des territoires et devient alors une forme de colonialisme.

B. Des moustiques au Nord, des moustiques au Sud

Imaginez un moustique en France métropolitaine, en Camargue ou au Languedoc-Roussillon. Imaginez-le maintenant dans les Antilles ou en Guyane. Quelles représentations vous viennent en tête ? L’un est-il plus dangereux que l’autre ? Aux yeux du Français métropolitain, le moustique des Antilles est souvent perçu comme vecteur possible de maladies, ce qui n’est pas le cas du moustique de l’hexagone qui est d’abord jugé nuisible et désagréable avant d’être dangereux.

Les motivations des politiques publiques pour lutter contre les moustiques sont alors différentes. Dans les régions hexagonales, la dimension du confort occupe une place importante : on démoustique pour valoriser le territoire, favoriser le tourisme, supprimer les désagréments. Dans les régions tropicales, les opérations de démoustication sont corrélées aux épidémies et aux maladies vectorielles. La lutte contre les moustiques s’inscrit ainsi dans une dynamique postcoloniale, à partir du regard de l’individu occidental. Dans les avions, au retour en France hexagonale après un séjour dans les régions tropicales, on répand un insecticide anti-moustique dans la cabine avant la sortie des passagers. Dans l’autre sens, depuis l’hexagone vers les Antilles par exemple, aucun insecticide n’est utilisé.

« Ceci traduit l’impensé culturel bien ancré dans les représentations d’une France métropolitaine qui serait responsable d’un risque sanitaire.»

Pourtant, l’Aedes Albopictus, espèce extrêmement invasive en métropole, n’est aujourd’hui pas présent aux Antilles. Si ce moustique devait s’y rendre, c’est bien le transport aérien de voyageurs hexagonaux qui serait responsable de l’aggravation du problème sanitaire sur place : autrement dit, une France métropolitaine source de miasmes pour l’Outre-Mer.

S’il est vrai que la France métropolitaine ne connaît pas d’épidémies de grande ampleur comme dans les Antilles et que cette situation peut justifier des mesures différentes entre les territoires, les réactions des politiques publiques traduisent malgré tout une logique ethnocentrique métropolitaine. Au début des années 2000, le moustique porteur de maladies arrive en métropole : immédiatement, un plan national de lutte est lancé alors que seules des politiques localisées existent à ce moment en Outre-mer où les moustiques sévissent pourtant depuis déjà bien longtemps. Il faut donc attendre que l’hexagone, espace considéré comme privilégié et dominant, soit touché pour que les autorités publiques s’impliquent de façon effective. Mais un déséquilibre persiste toujours entre France hexagonale et France ultramarine. Si les maladies comme la dengue, le Zika et le Chikungunya sont soumises à une déclaration obligatoire auprès de l’Agence nationale de la santé, en France ultramarine, avant de lancer toute opération de traitement, les autorités attentent la confirmation biologique (analyse sanguine sur plusieurs jours) qui atteste de la maladie. En France hexagonale, on n’attend pas cette confirmation et les autorités prennent des mesures dès l’annonce d’un risque. L’argument avancé est économique : dans les Antilles, le risque épidémique est plus fréquent, et des traitements systématiques sans confirmation biologique seraient trop coûteux. Se développent alors des stratégies hexagonales propres, avec des budgets propres.

Au-delà des politiques publiques, on observe un renversement des identités. Dans les Antilles, le phénomène d’occidentalisation des jardins créoles traduit explicitement l’hybridité des représentations des habitants, entre savoirs locaux et savoirs dominants issus de l’hexagone. Alors que les problèmes sanitaires liés aux moustiques sont bien connus, les jardins s’agrémentent de plans d’eau, de végétation qui baigne dans des coupelles, etc. Autant d’aménagements où l’eau esthétique et décorative est favorable à l’accueil des pontes des moustiques. La logique postcoloniale est ici très forte : le jardin occidental, en tant que produit issu des groupes dominants, devient la marque d’un statut privilégié pour les habitants, passant outre les connaissances locales, et ce au détriment même de la santé publique.

C. Le dilemme communicationnel autour du moustique

La relation au moustique devient ambiguë : si le risque sanitaire est présent en France hexagonale, les autorités publiques choisissent de ne pas en parler. Sur la Côte d’Azur, place forte du tourisme, les élus locaux préfèrent ne pas distribuer de prospectus de prévention contre les moustiques afin d’éviter tout imaginaire du risque qui ferait fuir les visiteurs. Au nom du tourisme, la population locale n’est finalement pas suffisamment informée des problèmes sanitaires et des bons comportements à adopter.

« Le dilemme communicationnel est bien politique et touristique : on ne parle pas du risque sanitaire, mais d’une démoustication dite « de confort » pour le bien-être des populations.»

Toutefois, à terme, les moustiques reviennent car les habitants n’ont pas adapté leurs comportements. Le paradoxe et la contradiction sont poussés à leur paroxysme. Les autorités publiques en hexagone soulignent la non-crainte des maladies portées par les moustiques puisque le risque épidémique y est très faible. Dès lors, si une démoustication est demandée, c’est au nom du confort. S’ensuit la dénonciation par une partie de la population du seul objectif de confort puisque les traitements anti-moustiques ont des conséquences sur l’environnement. À ce moment, les autorités prétextent finalement un risque épidémique pour justifier la démoustication. Tout en rassurant bien entendu sur la sûreté de l’espace métropolitain vis-à-vis des épidémies…

3 – Parler du moustique en SHS : quelques pistes de réflexion

A. Demande sociale et construction de l’acceptabilité

Dans la continuité des réflexions critiques menées par Karl Marx ou Pierre Bourdieu, la sociologie de Cécilia Claeys s’attache à faire ressortir les rapports de domination cachés du corps social. Ainsi, la question de l’acceptabilité s’inscrit dans cette approche. Penser la déconstruction de l’acceptable (des idées, des représentations, des réalités perçues comme objectives) mais aussi la construction de l’inacceptable, c’est renouveler notre regard en « rendant la réalité inacceptable » (Luc Boltanski). Paradoxalement, et depuis quelques décennies, les sciences humaines et sociales font face à une demande sociale pour construire l’acceptabilité. Alors que l’ambition initiale d’une approche critique serait d’ôter toute trivialité à ces processus sociaux (l’utilité des sciences sociales tient à leur fonction critique selon Didier Fassin), certains acteurs non-scientifiques adressent des questions à une discipline scientifique pour forger certaines représentations, sur la santé environnementale dans le cas présent.

On note d’ailleurs un glissement de vocabulaire. Le terme « acceptable », qui fait référence à « ce qui peut être admis, dont on peut se contenter » (Larousse), a peu à peu évolué vers « acceptabilité », c’est-à-dire « le caractère d’un énoncé qui est facilement admis par les sujets parlant. » Ce tournant est révélateur de l’enjeu sociopolitique autour de la question de l’acceptabilité : faire admettre aux citoyens certains énoncés. C’est précisément sur ce point qu’une demande vis-à-vis des SHS se met en place : lorsque mobilisées dans les controverses, les SHS servent à construire l’acceptabilité. De part sa posture critique, Cécilia Claeys s’interroge :

« En demandant aux SHS de participer à la construction de l’acceptabilité, leur ôte- t-on leur caractère heuristique ? »

Cette problématique ne cesse d’alimenter une réflexion épistémologique en arrière plan des travaux de la sociologue. Peut-on seulement décrire et expliquer sans orienter vers l’acceptable ou l’inacceptable ? La science consiste en un processus d’objectivation mais elle est loin de l’objectivité qu’on lui attribue souvent. Selon Cécilia Claeys, cette illusion serait bercée par le plan résultats et discussions des travaux de recherche.

B. La question spéciste face à la démoustication

Si on traite régulièrement des problèmes de santé publique et de l’inconfort provoqués par les moustiques, la question spéciste n’est quant à elle que très rarement posée. On démoustique à grande ampleur, mais qu’en est-il de l’idée d’un massacre des moustiques ? Nos représentations de ces insectes considérés comme invasifs ou dangereux évitent de penser une protection de l’espèce, que cette protection soit écologique, éthique voire juridique.

Le spécisme est un concept éthique qui consiste à accorder des droits différenciés aux individus vivants à partir du critère de l’espèce. L’antispécisme, dans un contexte lié aux droits des animaux, lutte contre une telle hiérarchie des espèces, où l’humain serait supérieur, privilégié et dominant, et où l’appartenance à une espèce justifierait la façon dont chacun est traité. Ainsi, la classification spéciste courante distingue et hiérarchise les humains, les animaux de compagnie, les animaux d’élevage, les animaux d’expérimentation et les nuisibles, auxquels appartiennent ici les moustiques.

Des biologistes se prononcent en faveur du specicide, l’extinction volontaire d’espèces entières (GARRIC, 2016). Par exemple, l’extinction de trente espèces de moustiques nuisibles pourrait sauver un millions de vies humaines en diminuant le diversité génétique des moustiques de seulement 1% (GARRIC, 2016). Si aucune étude écologique n’a pu estimer aujourd’hui les retombées écologiques et écosystémiques exactes de la disparition massive des moustiques, un dilemme éthique lié au spécisme surplombe qu’importe les résultats de telles études : peut-on supprimer des espèces, aussi dangereuses soient-elles, quand les humains constituent tout autant une menace sérieuse pour la biodiversité et les écosystèmes ? Ce dilemme interroge d’autant plus que les moustiques sont introduits dans de nouvelles régions par des actions liées à l’activité humaine (mobilité, changement climatique), rendant alors sa responsabilité à l’humain. Comment décider de l’extinction d’une espèce au nom de sa dangerosité quand on contribue à son installation dans l’espace et le temps ?

C. Réchauffement climatique, ville verte et lutte contre le moustique : que fait-on ?

Si l’urbanisation favorise l’habitat des moustiques par des aménagements paysagers (parcs, jardins, etc.), l’idée d’une ville verte et écologique vient alors se confronter au principe même d’une régularisation de la menace portée par les moustiques. Penser le moustique et la santé environnementale conduit à un autre dilemme : le réchauffement climatique favorise l’arrivée des moustiques dans de nouveaux espaces géographiques ; de son côté, la ville verte se veut une réponse aux problèmes causés par ce même réchauffement climatique ; toutefois, la ville verte, par les solutions qu’elle propose, devient un espace favorable aux moustiques. En effet, façades végétalisées, agriculture urbaine sur les toits, multiplications des jardins partagés sont tout autant d’éléments susceptibles d’accueillir des eaux stagnantes, c’est-à-dire un habitat privilégié du moustique au moment de la ponte.

Les solutions urbaines pour lutter contre le réchauffement climatique deviennent une source de nouveaux enjeux sanitaires. La problématique du moustique remet en question l’idéologie urbanistique aujourd’hui dominante d’une ville verte, écologique et durable fondée sur les représentations du retour de la nature en ville.

Compte-rendu rédigé par Robin Gaillard (@GaillardRobin1) et Joanne Vonlanthen (@Joanne_Vonn), étudiant-e-s au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

Bibliographie :

CICOLELLA André (2010). « Santé et Environnement : la 2e révolution de santé publique », Santé Publique, vol.22 (3), pp. 343-351.

CLAEYS Cécilia (2018). « (Dé)construire l’(In)acceptable : la santé environnementale en contexte postcolonial », Séance du séminaire « Sciences, Société, Communication » du 26 novembre 2018 à la MSH-Alpes.

GARRIC Audrey (2016). « Et si on éradiquait tous les moustiques », Le Monde, « Blog », 16 février 2016 [consulté le 21 décembre 2018].

JACOBS Janes (1996). Edge of Empire : Postcolonialism and the City, Rootledge, 208 p.