Néolibéralisation de le conservation de la nature : regards critiques sur un réseau d’aires protégées en Scandinavie

Lors d’une série de séminaires proposée par la communauté Humagora, la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble a accueilli Ian Florin, chercheur à l’Institut des Sciences de l’Environnement à l’Université de Genève, pour une intervention axée autour de sa thèse sur la néolibéralisation de la conservation de la nature.

1 – Résumé

Ce compte-rendu a pour objectif d’en rapporter la teneur, en approfondissant sur certains aspects qui nous ont interpellés. Avant de revenir rapidement sur les différents points qu’il a abordé, il convient donc de définir en premier lieu la conservation de la nature. En effet, la notion peut sembler noyée dans un amalgame de termes, entre protection et préservation. Pour retracer un peu mieux les contours de la conservation, on peut se référer à un effort commun de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), de la Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et de la World Wide Fund for Nature (WWF), la Stratégie mondiale de la conservation, publiée en 1980.

La conservation y est alors définie comme : « la gestion de l’utilisation par l’homme de la biosphère de manière que les générations actuelles tirent le maximum d’avantages des ressources vivantes tout en assurant leur pérennité pour pouvoir satisfaire aux besoins et aux aspirations des générations futures ». Cette caractérisation met donc l’accent sur l’inclusion de l’homme dans les politiques de protection, en promouvant ainsi une gestion de la nature qui comprend les usages des ressources par les activités humaines. Une définition qui représente l’aboutissement d’une longue évolution des mouvements de protection, sur lesquels Ian Florin est revenu dans la première partie de son exposé.

A. Les grands mouvements de protection

Les premières tentatives de protection remontent aux années 70, avec l’apparition des parcs nationaux, comme ce fut d’abord le cas de Yellowstone aux Etats-Unis. Ces aires protégées étaient définies selon un modèle de protection dit “de la forteresse”, dont l’appellation rend bien compte de leur nature : un véritable sanctuaire interdit d’accès. Une décennie plus tard, l’implémentation d’une dynamique marchande dans les logiques de conservation amena un nouveau mouvement de protection : le modèle participatif. Les activités humaines deviennent ainsi autorisées – mais réglementées – au sein des zones protégées. Enfin, après une nouvelle décennie, la prise en compte de la multiplicité des axes sur lesquels articuler la conservation, entre axes économiques et politiques, a conduit à l’extension des zones pour ainsi créer des aires transfrontalières. Plus récemment, l’opposition de différentes postures scientifiques (perspective vs critique, déconstruction vs relativisme) a impliqué une approche qui relève davantage des sciences sociales : la Political Ecology. Chacune de ses itérations fera l’objet d’un approfondissement au cours de ce rapport.

B. Vers une conservation néolibérale ?

Dans la lignée des logiques marchandes apportées par le modèle participatif, une nouvelle approche est actuellement en pleine expansion. Ainsi, cette forte influence des processus néolibéraux (privatisation, marketisation…) a conduit à façonner ce qu’on appelle maintenant la “conservation néolibérale”. Un tel mode de protection pose bien évidemment de nombreux questionnements, notamment sur sa légitimation à travers les discours des acteurs prenant part à sa mise en place. En effet, la néolibéralisation de la conservation implique que la nature devient consommable, comme l’illustre bien le cas de l’écotourisme. De fait, cette dernière évolution de la conservation sera traitée en détail dans une section dédiée de ce rapport, pour amener une ouverture sur les principaux axes de réflexion qui en découlent et façonneront la conservation de demain.

2 – Discussion

A. Les modèles de conservations de la nature

La forteresse

Le modèle de la forteresse a connu son apogée entre les années 1970-1980. Comme évoqué plus haut, il est associé aux parcs nationaux et repose sur le principe d’interdiction pure et simple de tout accès à certains espaces naturels. Une mise en cloche qui vise à protéger la “wilderness” en séparant un espace des activités humaines. La wilderness, tel que défini par Ian Florin en reprenant le concept de Henry David Thoreau, c’est : « un espace propice à l’expérience transcendantale personnelle, dans lequel l’individu peut aller se ressourcer et communier avec la nature et avec Dieu ». Un tel modèle est ainsi très critiquable de par sa facette totalitaire, d’autant qu’il implique l’exclusion des populations locales des zones à protéger. Une condition paradoxale, puisqu’il est difficile d’entretenir une telle sanctuarisation sans un soutien local … Et quand bien même, quand ce modèle abouti, il conduit en réalité à un transfert des dégradations au niveau des bordures du parc : c’est ce qu’on appelle le leakage effect.

Le modèle participatif

Suite à la critique du modèle de la forteresse, une nouvelle méthode de conservation de la nature a vu le jour dans les années 80, marquée par la fin du monopole de la wilderness. L’idée que la nature ne s’oppose pas nécessairement aux activités humaines a ainsi germé afin d’amener une nouvelle dynamique marchande dans la conservation. Les dites activités ne sont alors plus prohibées, mais elles restent tout de même réglementées et s’articulent autour d’un espace central qui reste, pour sa part, strictement protégé. De fait, les populations locales ne sont plus écartées, mais intégrées à l’exploitation des ressources naturelles, posant ainsi les fondations d’un modèle participatif de la protection, ou community-based conversation, qui est resté en place jusqu’aux années 90. Pour autant, l’intégration des populations locales reste perfectible, puisqu’elles continuent d’être déplacées et privées de leurs terres ancestrales, sans systématiquement être associées à la gestion des ressources qui en sont tirées.

Les aires protégées transfrontalières

Dans la continuité des critiques du modèle participatif, c’est de la multiplicité des intérêts des acteurs de la conservation qu’est né le troisième grand modèle, entre les années 90 et 2000 : le modèle d’aires protégées transfrontalières. En effet, à l’évident axe écologique, prenant en compte les flux des espèces au travers des territoires, viennent s’ajouter des axes économiques (avec des logiques de rentabilité), politiques (coopération internationale) et pragmatiques (réutilisation des espaces protégés pré-existants). Comme leur nom l’indique, les aires transfrontalières s’étendent sur plusieurs territoires. En Europe, on peut notamment citer l’exemple du réseau Natura 2000, mis en place en 1992, et qui couvre pas moins de 18% du territoire européen. Ce système, bien qu’amélioré au fil des années, est toujours en place de nos jours.

B. La political ecology : étudier la conversation en science sociale

Origine de la political ecology

Le mouvement de la political ecology est né aux Etats-Unis avec des figures tutélaires du courant écologiste comme Henry David Thoreau, Aldo Leopold et Rachel Carson. Quelques années plus tard, ce courant se diffusera en Europe sous le terme d’écologie politique. Elle est issue de la sociologie de l’environnement qui se base sur le concept , selon Guay L. & Hamel P. (2015), que : « Les problèmes écologiques sont des constructions sociales résultant d’un processus complexe de définition, d’appropriation et de diffusion sociale. Ils donnent lieu à des débats et des controverses publiques, dévoilant des conflits et des alliances entre acteurs sociaux. Ils peuvent conduire à des décisions collectives s’institutionnalisant en politiques et pratiques publiques et privées. Quatre approches des enjeux environnementaux, accentuant des aspects différents des relations sociales à l’environnement : l’écologie politique, l’écologie humaine, la modernisation écologique, et l’analyse des controverses socio-écologiques. »

La political ecology, selon Guay L. & Hamel P. (2015), prend en partie sa source dans des travaux critiques ou marxistes sur l’histoire du système capitaliste, celui-ci soumettant la nature à ses fins comme il a soumis auparavant le travail. Pour décrire ce processus en sociologie de l’environnement, la métaphore souvent mobilisée est celle de l’engrenage de la production ou treadmill of production, en anglais (Schnaiberg, 1980; Gould et al., 1996; Gould et al., 2004). D’autres études utilisant des méthodes différentes mettent plutôt l’accent sur les métabolismes de la production de biens et de services au détriment de la nature (Foster et al., 2010; York & Mancus, 2009).

Domaine de recherches et d’études de la political ecology

Le courant de l’écologie politique est le producteur de nombreuses recherches sur le mouvement écologiste ou mouvement vert, depuis les années 70 (Forsyth, 2003; Newmann, 2005). Ce champ de recherche étudie différents cas portant sur les conflits sociaux liés à l’environnement et à ses ressources, se penchant sur les mobilisations, les enjeux des conflits, l’évolution des luttes et leur dénouement. Son but n’est pas de faire apparaître des mouvements sociaux importants, mais d’étudier et examiner des conflits faisant partie d’une politisation de l’environnement à un niveau local, régional, national ou mondial.

Pour cela, certaines caractéristiques sont particulières à la political ecology : tout d’abord, une critique forte du capitalisme et de la modernité, héritée des pensées marxistes ainsi que des mouvements écologiques tels que les mobilisations, manifestations, associations et Organisation Non Gouvernementale (ONG) défendant “la Nature”. Ce courant s’intéresse également aux moyens par lesquels la richesse, le pouvoir et les ressources sont appropriés par une minorité d’acteurs dans le cadre de la conception et de la gestion de l’environnement. En effet, quand on évoque les problématiques environnementales, on ne peut qu’envisager des solutions internationales car ce sont des problèmes touchant toute la planète, ce qui justifie la mise en place de règles et de lois internationales au sujet de la protection de l’environnement. On peut prendre comme exemple simple l’organisation annuelle de Conférence des Parties (COP) depuis le sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992. Lors de ces conférences, les différents pays membres signent des accords sur la réduction des émissions anthropiques de gaz à effet de serre, avec des objectifs communs ou différenciés et évaluent également l’évolution de leurs engagements et de l’application de la convention-cadre. Les accords mis en place peuvent être
restrictifs, entre autres, sur la production et l’industrialisation, ce qui peut avoir des conséquences économiques sur les différents pays et n’ayant pas forcément les mêmes problématiques (souvent très différentes pour les pays déjà très développés et ceux en voie de développement). Les chercheurs en écologie politique privilégient le rapport capitaliste entre le Nord et le Sud, qui est bien sûr présent dans ce type de conférence.

La troisième caractéristique de la political ecology est la marginalisation et culpabilisation des populations locales dans les projets d’aide au développement ; ce terme “d’aide au développement” désigne une action volontaire par un acteur extérieur pour impulser le développement d’un pays tiers ou en développement. On peut parler de l’utilisation du terme “tiers-monde” ou “pays-tiers” décrivant la réalité complexe, transitoire et chaotique s’inscrivant dans le décalage croissant qui naît entre le monde traditionnel et le monde moderne à partir de la révolution industrielle. C’est une manière simplifiée de qualifier tous les pays n’ayant pas le même “avancement” technologique et développement économique que le modèle occidental, puisque ce terme est inventé et utilisé par l’Occident. La dernière caractéristique de ce courant, est l’occultation du rôle d’acteurs tels que les classes marchandes, l’agro-industrie ou les compagnies forestières.

Les apports de la political ecology à la sociologie de l’environnement

Les enseignements de la political ecology sont les mêmes quelles que soient les échelles, mondiale, nationale ou régionale. Selon Guay L. & Hamel P. (2015) : « l’environnement entre en ligne de compte dans la production capitaliste à une échelle de plus en plus mondiale et cet engrenage de production produit très souvent des conflits locaux qui peuvent se répercuter à des échelles plus larges. En d’autres termes, les mouvements environnementaux locaux peuvent prendre de l’ampleur et se convertir en mouvements, ou mobilisations, plus importants. Cela explique en partie les mobilisations et revendications de diverses associations et organisations « vertes » (ONGE, organisations non gouvernementales environnementales) dans les grands forums mondiaux, pour défendre ici la forêt et ses habitants et riverains, là l’agriculture et ses petits producteurs, là encore les collectivités locales aux prises, selon le cas, avec la grande entreprise ou le pouvoir d’État. Tous ces acteurs sociaux ont été malmenés par l’accélération de la production à l’échelle mondiale et l’engrenage dans lequel elle entraîne les acteurs et les institutions. ». Cette écologie politique pose dans de nouveaux termes une question ancienne : sous le concept de justice environnementale, les chercheurs en sciences sociales se demandent si les problèmes d’environnement vécus localement n’accentuent pas les inégalités sociales et n’en créent pas de nouvelles (Blanchon et al., 2011; Laigle & Tual, 2007; Schlosberg, 2007, 2013).

C. La néolibéralisation de la conservation de la nature

Ces dernières années, le débat sur la conservation de la nature a pris une nouvelle tournure et s’intéresse de plus en plus à l’idée d’une néolibéralisation de la conservation. Si on prend la définition de Holmes & Cavanagh (2016), qui se base déjà sur les travaux d’autres auteurs, une conservation néolibérale fait référence à « une tendance complexe et à multiples facettes qui est caractérisée par une augmentation significative des pratiques et discours de financiarisation, marchéisation, privatisation, marchandisation et décentralisation au sein de la gouvernance de la conservation ». Autrement dit, on s’intéresse à une conservation de la nature à travers le prisme du capitaliste, qui instrumentalise cette conservation, avec par exemple : les paiements pour services écosystémiques, les réserves privées, la compensation des émissions de combustibles fossiles ou de la destruction de la biodiversité et la délégation de la gestion au secteur privé et à la société civile. Cette forme de conservation produit de nouvelles relations entre société et nature et conduit à des impacts concrets sur le paysage.
Comment comprendre ce phénomène qui pourrait paraître, à première vue, intrinsèquement antagonique ?

Holmes (2015) résume bien les deux raisons complémentaires qui le justifient. D’un côté, selon la vision capitaliste, le capital aurait identifié la conservation de la nature comme un nouveau domaine pour l’expansion économique, avec un potentiel de création de richesse à travers la conservation de la biodiversité. D’un autre côté, les conservationnistes auraient assumé que le néolibéralisme est la force dominante dans le monde actuel et qu’il faut donc suivre ses règles pour atteindre leurs objectifs. Il est également important de spécifier que la néolibéralisation de la nature s’inscrit, pour la plupart des pays, dans un contexte social où le rôle de l’état dans la conservation devient progressivement moins important et laisse place à une gouvernance menée par le secteur privé et la société civil via des grandes Organisations Non Gouvernementales ou d’autres organisations qui deviennent de plus en plus puissantes.

Les promesses de la néolibéralisation de la conservation de la nature

Les discours néolibéraux présentent souvent le monde comme un gâteau qui grandit sans cesse jusqu’à que tout le monde puisse en avoir une part (en oubliant peut-être que la planète est un gâteau qui ne peut pas grandir à l’infini). En appliquant cette logique à la conservation de la nature, différents scénarios peuvent être envisagés. D’abord, selon Igoe & Brockington (2007), elle promet l’arrivée de nouvelles ressources et de nouveaux moyens visant la conservation de la biodiversité, particulièrement dans les zones du monde les plus pauvres, où les états n’ont ni les ressources ni la capacité de promouvoir une protection efficace eux-mêmes. Elle promet également une favorisation de la démocratie et de la participation citoyenne, spécialement attrayante dans des états avec des structures et pratiques restrictives et des gouvernances très autoritaires. La protection des communautés rurales est une autre des promesses du néolibéralisme de la conservation de la nature. En effet, elle promet de garantir les droits de propriété des communautés rurales en les aidant à développer elles-mêmes des projets d’entrepreneuriat orientés sur la conservation de la nature et l’écotourisme. La création d’emploi et le paiement pour des schémas de services écosystémiques sont avancés comme de nouvelles sources de revenu pour les habitants locaux. La néolibéralisation promet la promotion de pratiques “vertes” dans le monde des affaires en démontrant aux industriels que le “vert” est aussi source de profit et en attirant donc des financements importants pour la conservation. Elle promet enfin d’assurer une conscience environnementale aux consommateurs occidentaux.

En résumé, la néolibéralisation de la conservation de la nature promet une solution simple à des problèmes difficiles et des scénarios qui bénéficient à tout le monde : les investisseurs des grandes compagnies, les économies nationales, la biodiversité, les habitants locaux, les consommateurs occidentaux, les agences de développement et les organisations de conservation qui reçoivent des fonds de la part de ces agences pour mener des projets d’ampleur (Igoe & Brockington, 2007). Évidemment, toutes ces promesses sont difficiles à refuser, mais semblent tout aussi complexes à tenir.

La critique de la conservation néolibérale de la nature

Une bonne partie des recherches menées sur le phénomène de la néolibéralisation de la nature se dédie à déconstruire ce scénario utopique. Ces recherches se basent majoritairement sur une multitude de cas d’études individuels sur des terrains très hétérogènes et sont révélatrices d’une réalité beaucoup plus complexe que les promesses idéalisées de la néolibéralisation de la nature. Une grande partie des impacts négatifs de cette néolibéralisation concerne les populations locales. Parmi les impacts directement observables sur le terrain, la majorité est commune à ceux des modèles plus anciens de la conservation (cf. 2.Discussion- Les modèles de conservations de la nature) : l’expulsion des habitants locaux de leurs propriétés (land grabbing) et l’interdiction d’utilisation des ressources naturels (le bois, le gibier, les plantes médicinales, entre autres) ou de fréquentation de lieux culturellement importants. Tous ces impacts peuvent interférer avec les moyens de subsistance (monétaires ou non) de ces populations et leur bien-être physio-psychologique, ainsi qu’avec leur culture. De plus, la régulation de cette conservation néolibérale est parfois imposée par la force, de façon précipitée, violente ou corrompue, pouvant générer des allégations d’abus des droits de l’homme (Holmes & Cavanagh, 2016). De même, elle est souvent implémentée en dévalorisant les connaissances environnementales locales, ce qui peut saper des initiatives locales de conservation déjà en marche (Igoe & Brockington, 2007).

Au-delà de ces impacts négatifs plus évidents, Holmes & Cavanagh (2016) résument bien trois tendances implicites dans la néolibéralisation de la conservation de la nature qu’il importe de considérer :

  • La création de nouvelles formes de pouvoir et de sujets néolibéraux – contrairement aux modèles conventionnels de conservation de la nature où la régulation se heurte principalement de façon directe à la vie des personnes – la conservation néolibérale agit aussi autrement, de façon plus insidieuse. Elle n’agit pas seulement contre, mais aussi à travers les moyens de subsistance pour les re-réguler en défendant ou incitant certains types de pratiques, plutôt qu’en restreignant simplement les pratiques préexistantes. Les gens sont ainsi incités à adopter les alternatives bénéfiques. Cette re-régulation est faite dans une logique nouvelle de marchéisation et de marchandisation qui assume que les mécanismes et les forces du marché sont les meilleurs outils pour sauver la biodiversité. Les communautés locales sont vues comme étant une des principales menaces aux aires protégées par le biais de sa relation imparfaite avec la nature et le marché. Ainsi, selon la perception dominante, ces communautés doivent sortir de la nature et devenir partie de cette nouvelle logique, via le changement et le conditionnement aux marchés de sa relation avec les ressources naturelles, pour pouvoir vraiment devenir des conservationnistes compétents.
  •  Le besoin d’une nature “spectacle” et ses représentations – Les idées et mythes eurocentriques et les représentations du terme “wilderness” ont déjà été identifiés dans des anciens modèles de conservation comme en étant une source potentielle d’impacts sociaux négatifs autour des projets de conservation de la nature. Les projets de conservation néolibéraux poussent plus loin ces idéaux et définissent des idées ou images normatives non seulement d’une nature “spectacle”, mais aussi de comment cette nature “spectacle” doit être expérimentée en tant qu’objet consommable, à travers l’écotourisme par exemple. Ces images et conceptions de paysages et écosystèmes idylliques peuvent, correspondre à la réalité ou ne pas y correspondre. Dans ce deuxième cas, ces représentations “virtuelles” peuvent finir par transformer la réalité à la mesure que les gens locaux internalisent les images qu’ils vendent aux touristes ou que la nature est altérée pour correspondre à l’image pseudo-authentique attendue, plutôt que à la réalité préexistante. On peut donc déduire que beaucoup des impacts négatifs directs mentionnés plus haut découlent finalement des notions eurocentriques de “wilderness” associées à la néolibéralisation de la conservation de la nature.
  •  Inégalités et différenciation – au-delà des impacts sociaux déjà abordés, la néolibéralisation tend à altérer la distribution des impacts positifs et négatifs et peut donc contribuer à l’augmentation des clivages sociaux existants auparavant, comme le genre, la classe, la caste et l’ethnie. La marchandisation et marchéisation de la nature génère des nouvelles formes de revenu qui sont facilement capturées par les élites locales. Ce fait implique que les actifs de base d’un individu ou foyer influencent de façon significative sa capacité d’accéder aux bénéfices apportés par ce nouveau mode de conservation. Dans la même ligne, la néolibéralisation de la conservation peut aussi exacerber des inégalités entre communautés ou groupes ethniques, en imposant des distinctions culturelles arbitraires basés sur des idées préconçues.

Évidemment il faut bien garder en tête que ces tendances ne décrivent pas la diversité de la réalité. Les nouvelles formes de pouvoir créées par la néolibéralisation de la conservation de la nature ne contrôlent pas tous les projets de protection ni toutes les activités des communautés locales. Les individus ont aussi leur capacité de démystification des dynamiques en œuvre et peuvent suivre leurs propres idées et développer des stratégies ne suivant pas l’idéal néolibéral. L’affirmation de la nature “spectacle” peut conduire à des nouvelles opportunités pour les populations locales de transformer ou résister à certains projets de conservation. Le modèle néolibéral peut aussi, éventuellement, aider à l’élargissement de la distribution des impacts positifs (Holmes & Cavanagh, 2016). Il faut aussi souligner que les dynamiques associées à la néolibéralisation de la conservation de la nature observées sur un terrain spécifique sont fondamentalement transformées par le legs des anciens schémas de conservation, des structures de gouvernance, des relations sociales et des nombreux autres facteurs spécifiques de chaque lieu (Holmes, 2015). Les impacts sociaux des projets néolibéraux de conservation de la nature ne peuvent donc pas être compris hors de leur contexte historique et politique plus large.

3 – Ouverture

À la suite du séminaire de Ian Florin, nous avons réfléchi aux différents modèles de conservation de la nature, en finissant par la critique du modèle, de plus en plus actuel, de la néolibéralisation de la conservation. Il est devenu évident pour nous que la communauté scientifique présente des évidences plutôt critiques et négatives sur ce modèle. À ce propos, il reste trois lignes de réflexion qui nous paraissent importantes.

Y’a-t-il une vraie ligne de séparation entre une forme de conservation néolibérale et une forme non néolibérale ? Comme le suggèrent Holmes & Cavanagh (2016), on trouve que cette ligne ne peut être que floue, une fois que l’on se rend compte que même des projets de conservation souhaités non-néolibéraux prennent obligatoirement forme dans le contexte néolibéral actuel et sont donc fréquemment obligés de s’intégrer dans ce contexte pour pouvoir atteindre leurs objectifs de conservation. Dans ce sens, il faut peut-être se dire qu’une opposition binaire entre les formes de conservation néolibérales et non-néolibérales ne peut pas exister et que ces formes sont au final deux extrêmes d’un spectre. Il devient ainsi difficile de conclure sur les impacts sociaux spécifiques de chacune de ces formes (Holmes & Cavanagh, 2016).

Holmes & Cavanagh (2016) pointent aussi bien le manque d’études qui se concentrent sur les impacts environnementaux ou écologiques de la néolibéralisation de la conservation. Au final, n’est-ce pas la conservation de la nature la question qui devrait être centrale ? Ne serait-on pas en train de tomber dans une vision anthropocentrique du monde? Quel est l’objet de la conservation, la nature elle-même, ou la qualité des relations humain-nature et humain-humain?

Et finalement, quel type de gouvernance environnementale s’installerait en l’absence du modèle néolibéral ? Dans le contexte mondial actuel, sans un modèle à suivre, sans un cadre, serait-il possible de protéger la nature et la biodiversité des grandes industries d’extraction ? Comment peut-on conserver efficacement la nature dans un monde capitaliste sans avoir recours à un modèle capitaliste lui-même ? A-t-on le choix ?

Ian Florin nous a présenté la citation de Adams (2017): « If conservation is Faust, the power it wins by its bargain with capitalism is inevitably trivial and transient: ultimately, in the face of capitalism’s destruction of nature, conservation will lose. » Autrement dit, si le modèle de conservation accepte le paradigme actuel du capitalisme dans l’espoir de prospérer, le pouvoir obtenu ne sera que trivial et transitoire, et face à la destruction de la nature par le capitalisme, la conservation finira par perdre.

Compte-rendu rédigé par Arthur Larpent (@ArthyeL), Mariana Rocha (@mvlmrochaet Manon Venchiarutti (@ManonVench), étudiant-e-s au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

 

Bibliographie :

Adams, B. (2017). Sleeping with the enemy? Biodiversity conservation, corporations and the green economy. Journal of Political Ecology, 24: 243-257.

Bergandi, D. & Blandin, P. (2012). De la protection de la nature au développement durable : Genèse d’un oxymore éthique et politique. Revue d’histoire des sciences, tome 65,(1), 103-142.

Depraz, S. (2013). « Protéger, préserver ou conserver la nature ? », notion à la une de Géoconfluences, consulté le 03/01/19.

Florin, I. (2018). Néolibéralisation de la conservation de la nature : regards critiques sur un réseau d’aires protégées en Scandinavie. Présentations oral au Séminaire Sciences, société, communication, Université Grenoble Alpes, 21 Novembre 2018.

Holes, G. (2015). Markets, Nature, Neoliberalism, and conservation through private protected areas in southern Chile. Environment and Planning A: Economy and Space, 47(4): 850-866.

Holmes, G. & C.J. Cavanagh (2016). A review of the social impacts of neoliberal conservation: Formations,inequalities, contestations. Geoforum, 75: 199-209.

Igoe, J. & Brockington, D. (2007). Neoliberal Conservation: a Brief Introduction. Conservation and Society, 5(4): 432-449.

Guay, L. & Hamel, P. (2015). Présentation : L’environnement en débats. Recherches sociographiques, 56(2-3), 249–269.