Les sociétés et leur environnement au-delà du présentisme

Lors du séminaire du dix décembre 2018, l’historienne Emilie-Anne Pepy nous présente l’environnement et la place de la nature en ville via un prisme historique. Maître de conférence à l’Université Savoie-Mont-Blanc, Emilie-Anne Pepy évoque la notion du présentisme, que l’on retrouve de plus en plus dans les débats actuels.

1 – Résumé / synthèse

A. Définition de l’histoire environnementale

Tout d’abord, commençons par un point définition de l’histoire environnementale. L’environnement est une discipline de recherche très ancienne car les témoins de discussion sur le sujet remontent à 1940. Toutefois, c’est un sujet qui reste très en deçà des centres d’intérêts des citoyens. Vers les années 1950, cette branche se développe aux USA, d’abord dans le cadre de la médiatisation de l’écologie politique, puis elle est prise en charge par les militants de 1960 à 1970 du fait de l’arrivée croissante d’interrogations sur la “santé” de la nature et de l’environnement face à l’activité humaine. Le concept du Wilderness voit le jour. Mais la France reste très en retard sur ces notions par rapport aux Etats-Unis et même à ses voisins Anglo Saxons, Allemands ou des pays d’Europe du Nord. Ce n’est qu’à partir des années 90 qu’apparaissent les premiers postes d’enseignant chercheur et qu’apparaissent, dix ans plus tard, les premiers travaux de recherche sur le sujet, qui aboutissent à une reconnaissance institutionnelle de la discipline : c’est la prise de conscience du challenge environnemental dans lequel l’homme a un pouvoir d’action. Aujourd’hui, en France, l’histoire environnementale est portée par une communauté de jeunes chercheurs (master, doctorat) qui contribue à donner du souffle à ce champ encore peu développé, mais qui va très probablement évoluer rapidement dans les décennies à venir.

L’histoire environnementale est découpée en quatre périodes institutionnelles. Les sources archéologiques et les archives naturelles enrichissent les archives traditionnellement travaillées par les historiens, qui sont plus importantes en volume pour les époques moderne et contemporaine que pour les époques plus anciennes.

Emilie-Anne Pepy est moderniste et travaille principalement sur le XVIIIe siècle, sur lequel il est plus difficile de mobiliser les sources archéologiques et les archives naturelles car ce n’est pas la période la plus travaillée par les collègues archéologues. Pour sa recherche, elle s’ouvre à d’autres disciplines pour enrichir et compléter ses recherches. En effet, l’histoire de l’environnement va de pair avec notre histoire politique. Par exemple, si l’on étudie l’impact des fragments de métal d’une bombe sur un territoire, dont les biologistes et écologistes mettent en évidence une pollution de l’environnement, il faut nuancer avec les raisons politiques d’une guerre sur ce territoire. L’histoire environnementale a beaucoup contribué à mettre en évidence un certain nombre d’évolutions de l’écosystème en lien avec les activités humaines : économie de la prédation, circulation des populations sur le globe (colonisation), circulation des épidémies, révolution industrielle induisant gaz à effet de serre, pollution de l’air, de l’eau et des sols. Il n’y a pas que les écosystèmes qui comptent aux yeux des chercheurs, mais aussi les sociétés qui s’y trouvent et qui ont un impact sur lui. Ainsi, l’histoire environnementale se divise en trois branches :

  •  Histoire matérielle : impact des sociétés sur le milieu. Approche scientifique et technique et notion de risque.
  • Représentations et images (sources littéraires et artistiques) de la nature et de l’environnement aux yeux des sociétés anciennes et émotions que procurent l’immersion dans la nature.
  • Histoire politique et juridique de l’environnement : émergence des courants écologiques depuis la fin du 18ème siècle.

Ainsi, depuis la fin des années 2000, l’histoire environnementale est devenue légitime aux yeux des institutions du fait que la société a reconnu la nécessité du développement durable ou les impératifs liés au changement climatique. Nous sommes aujourd’hui capables de réfléchir sur notre insertion dans un écosystème.

B. Faire une histoire des politiques conservationnistes

Au 17ème siècle, en raison de l’exploitation plus importante des forêts (croissance urbaine à soutenir et usages industriels) se développe un discours montrant les angoisses environnementales autour de la disparition des forêts. À cette époque, le bois est vital dans le cycle énergétique des sociétés (galeries minières, industrie navale, chauffage et surtout les maîtres de forge) et les élites se rendent comptent de la disparition massive des forêts. Des réglementations et des mesures sont ainsi prises pour limiter ces impacts, après avoir été testées sur les îles, très fragiles sur le plan des écosystèmes, comme faire croître certaines espèces d’arbres plutôt que d’autres et mettre en place une conservation du milieu forestier. Toutefois, le conservationniste a ses limites.

C. La santé en question

La recherche sur la santé se fait principalement à travers le prisme de la “révolution scientifique”, toutefois les historiens remettent en cause celui-ci et cherchent à s’en passer en travaillant directement avec les spécialistes, à savoir les médecins, et en étudiant les conditions de vie dans un milieu donné en prenant en compte le rôle de l’environnement. Prenons l’exemple de la guérison massive du paludisme : l’assainissement des marais et la qualité croissante de la nourriture sont autant en cause que les médicaments pour la disparition de cette maladie. L’histoire environnementale ne porte pas sur l’histoire de la médecine mais plutôt sur l’évolution de l’environnement et des populations.

D. La nature en ville, une histoire sur la longue durée

Nous avons assisté l’été dernier à un épisode de canicule, qui provoque des heures de sommeil en moins et donc des heures de vies. En juillet 2018, un rapport parlementaire évoque les impératifs liés à la nature en ville, qui a eu pour conséquence des appels à travers les médias pour verdir les villes afin d’éviter l’effet “îlot de chaleur” et une perspective d’amélioration des connaissances sur les bénéfices de la nature en ville. En effet, il existe une interaction entre société et végétal, en particulier pour les symboles qu’il véhicule : les “arbres de la liberté” ont été le symbole de la révolution pour la régénération.

2 – Problématisation / Discussion

L’histoire environnementale s’est développée au cours des quarante dernières années et a connu des tournants décisifs, notamment concernant l’usage du terme « environnement ». En effet, le terme d’ « environnement » fait à priori référence à l’environnement bio-géophysique c’est à dire à l’ensemble des éléments qui composent le monde dans lequel l’Homme fait parti intégrante. Cependant, l’imprécision et la globalité de cette définition engendre une réflexion autour de cette discipline et de ses frontières, c’est cette réflexion même qui a provoqué les tournants décisifs et les tendances de caractères de la discipline, qui eux-même ont engendré des controverses sur les rapports entre l’écriture de l’histoire environnementale et les politiques environnementales.

Ces controverses viennent également à l’origine  de la proximité entre l’histoire environnementale et les politiques environnementales et écologiques à la naissance de la discipline.

Cette proximité a d’ailleurs influencé les définitions du terme « environnement » au sein de la discipline, et les évolutions de ces définitions en lien avec les évolutions des relations entre les deux disciplines. Ces questionnements autour de la définition d’environnement ont dégagé des limites concernant la discipline et des différends sur la problématique de l’histoire environnementale jusqu’au tournant des années 1990. La discipline a évolué à partir de ce tournant vers la théorie de l’hybridation puis avec le nouveau paradigme de l’anthropocène et les controverses politiques qui lui sont associées.

A. Limites

L’historien américain John McNeill a proposé, dans un numéro thématique de ​History and Theory dédié à l’histoire environnementale, de classer l’histoire environnementale en trois « familles » thématiques :

  • la dimension « matérielle » de l’interaction entre les hommes et l’environnement
  • la dimension « culturelle / intellectuelle »
  • la dimension « politique »

Cette classification proposait une sorte de remise en ordre au sein de cette discipline accueillant de nombreuses études aux sujets très divers. En effet l’environnement de l’histoire environnementale correspond dès l’aube de la discipline à des objets multiples : il pouvait être un réseau d’agents biologiques (Crosby) comme un ensemble de représentations culturelles (Nash). Cette diversité d’objets rendait alors la limite de terrain de cette discipline difficile. Cependant, c’est également cette diversité critiquée qui a rendu possible l’extension de l’histoire environnementale sur des terrains nouveaux et qui a engendré cette multiplicité d’études aux sujets divers qui a permis la typologie de McNeill.
Il y a effectivement un manque de structure au sein même de l’histoire environnementale et de son ou ses objets qui fait son hétérogénéité.

La définition d’environnement a été esquivée dès le début de la discipline et la définition de l’objet d’étude du champ disciplinaire s’est appuyée sur la notion d’ « écosystème » devenue populaire grâce à l’écologie ainsi que sur le lien avec les mouvements écologistes des années 1960 et 1970. En France ce n’est pas tout à fait le cas, les historiens appartenant au courant des Annales ce sont posé la question de définir le terme environnement, tous ne s’entendant pas sur la question. L’histoire environnementale s’est alors orientée vers des recherches soutenant la cause de l’environnement contre l’influence destructrice de l’Homme (le capitalisme, le colonialisme, l’urbanisation, l’industrialisation…)

Aux Etats-Unis, c’est autour de la notion de « wilderness » (nature sauvage) que les recherches se sont faites, toujours en lien avec l’influence de l’Homme sur cette nature.
Une distinction est alors apparue entre la sphère sociale et culturelle et ce monde « externe » qu’est l’environnement, sur lequel les sociétés humaines ont un poids.

Le concept d’environnement est externe et engendre des débats notamment autour de la place de la ville dans l’histoire environnementale : la ville étant un espace social et culturel, en quoi a-t-elle sa place dans la discipline ?

B. Remise en question de la notion de « Wilderness »

Cette controverse autour de la place de la ville dans l’histoire environnementale fût une première alarme reflétant la multiplicité des définitions d’ « environnement » possibles.
De nouveaux débats ont ensuite émergés dans les année 90, notamment aux Etats-Unis avec William Cronon (praticien de l’histoire environnementale) autour de la notion de « wilderness ». En effet cette notion d’espaces naturels intouchés par l’Homme et donc ne faisant pas partie de l’histoire serait discutable puisque ces espaces auraient notamment engendrés des déplacements forcés de populations autochtones vivant au sein de ces espaces.

Les débats émergent encore une fois autour de cette rupture entre société humaine et environnement naturel que suggère la notion de « wilderness », or ces environnements naturels sont tout de même présents au sein d’environnements anthropiques tels que les villes industrielles.

Une autre critique peut être faite à propos de ce terme puisque que cette rupture implicite a engendré les modèles de déclin et de dégradation de l’environnement sur lesquels s’est basée l’histoire environnementale. Sans cette idée de rupture, des modèles différents auraient pu se construire basés sur une idée de changements environnementaux et d’écosystème naturel incluant l’Homme.

Cette critique émise par Cronon sur le terme de « wilderness » a permis de toucher la question de fond concernant l’histoire environnementale qui concerne la nature ou l’environnement externe à la sphère humaine. En effet cette critique a permis de considérer l’hybridation possible entre la nature et l’Homme, de s’éloigner du postulat dualiste que tout est soit naturel soit humanisé et a engendrer de nouvelles études portées sur cette notion d’hybridation de l’environnement au sein de la discipline qu’est l’histoire environnementale.

C. Le concept d’hybridation

À partir des années 1990, la discipline s’est alors petit à petit orientée vers cette nouvelle position concernant les liens entre la nature et l’Homme et a suivi la voie constructiviste des sciences humaines et sociales pour effacer peu à peu le dualisme entre nature et culture/société existant au début de la discipline. Richard White introduit la notion de « cultural turn » de l’histoire environnementale qui évoque un déplacement d’attention de la wilderness vers les environnements hybrides. Ce terme d’hybridation est caractéristique de la deuxième génération d’historiens de l’environnement aux Etats-Unis et les travaux de l’histoire environnementale ne portent plus seulement sur la notion de dégradation de l’environnement par les sociétés humaines mais sont plutôt construit autour de l’analyse de ces systèmes hybrides. Cette notion d’hybridation a également déclencher les rencontres encore présentes aujourd’hui avec d’autres disciplines comme l’histoire de la science, mais aussi l’écologie politique, l’anthropologie ou la philosophie de la nature.

D. Un nouveau paradigme : l’anthropocène

Ces relations avec d’autres disciplines ont donc amené des interrogations concernant la différence entre environnement et nature et autour de la notion récente d’ « anthropocène ». Cette notion a d’abord vu le jour en sciences naturelles en caractérisant l’époque géologique actuelle qui se distingue par l’influence des activités humaines sur la planète.
L’Homme apparaît dans cette notion comme un « agent géologique » qui influe sur l’environnement et abat donc la rupture évoquée précédemment entre l’histoire humaine et l’histoire naturelle et donc le dualisme qui existait entre société et culture versus environnement et nature. Cependant la définition d’anthropocène et son usage reste en débat constant, la délimitation de la période géologique est notamment très débattue et certains utilisent plutôt le terme de « capitalocène » qui identifie l’émergence du capitalisme comme lien majeur avec la transformation écologique de la planète.

L’ « environnement » s’est forgé de nouvelles définitions au cours des décennies qui ont fait évoluer l’histoire environnementale. Cette évolution est notamment en lien avec les changements de « paradigmes » d’autres disciplines en lien telles que la politique écologique, l’histoire des sciences ou encore l’anthropologie.

En effet l’idée de nature externe et intouchée présente au début de la discipline était en lien avec l’émergence des premiers mouvements environnementalistes des années 1960 ; cette idée a fait place ensuite à un concept d’hybridation entre l’environnement et les sociétés humaines et une critique de la notion de « wilderness ». Intervient ensuite le terme d’anthropocène incluant la prise en compte du système-Terre qui permet d’orienter l’histoire environnementale vers le débat encore présent sur le changement climatique et sur les politiques environnementales mondiales.

Le terme d’ « environnement » de l’histoire environnementale n’a donc pas trouvé de définition unique ni de limites bien définies et reste flou. Les liens existant entre cette discipline et d’autres telles que notamment la politique environnementale participent à ce maillage complexe et ont alimentés de nombreux débats et controverses. L’évolution du terme et de la discipline a permis aujourd’hui de caractériser l’environnement comme un système non indépendant et en lien direct avec l’histoire humaine, les études en histoire environnementale se sont donc élargies, sans doute jusqu’à ce qu’une nouvelle définition d’ « environnement » naisse.

3. Interprétation / critique

A. Les frontières entre l’histoire et le militantisme

Force est de constater que les historiens environnementalistes étudient des objets dont ils ne sont pas experts, comme la santé, la biologie ou encore la chimie. Cette ouverture aux multiples disciplines contraint donc les chercheurs à se renseigner et apprendre sur leur sujet en un temps relativement court, mais aussi de construire avec leurs propres connaissances et croyances. Lorsqu’un historien environnementaliste choisi son sujet de recherche, il a certainement un avis personnel pré-construit sur le sujet, ou, du moins, il souhaite obtenir des réponses à ses questions. Il y a donc un certain jugement de valeur initial sous jacent, puisque son manque de connaissance de l’objet l’amène tout de même à faire des recherches dessus. Suite à cela, la question qui se pose est : où se trouve donc la frontière entre l’histoire et le militantisme ?

Madeleine Rebérioux, spécialiste de l’histoire sociale, culturelle et politique, cite la phrase suivante : “Le rôle de l’historien n’est pas d’expertiser, ou de témoigner, mais de poser des questions insolentes à l’histoire. C’est ainsi qu’on fait avancer les choses.” Cette vision peut répondre à la question, en assumant le fait que l’historien se rapproche du militantisme, et que c’est cela qui fait avancer la discipline. Nous pouvons prendre l’exemple sur l’introduction de la notion “anthropocène” écrite par des historiens. Elle caractérise une nouvelle ère géologique qui débuterait lorsque l’homme a eu des premiers impacts sur notre Terre. Il apparaît que cette notion, d’un point de vue géologique et paléontologique, n’est pas scientifiquement recevable. On remarque que la notion s’est développée dans une démarche militantisme, et qu’elle n’a de sens que par le prisme des historiens qui l’ont conçu.

Cependant, il faut nuancer ces propos en prenant aussi en compte les historiens qui défendent avec ferveur leur objectivité et leur suivis rigoureux des méthodes scientifiques. Lorsque certains historiens défendent leur discipline comme une science, d’autres parlent plutôt d’un travail d’interprétation et de subjectivité. La question que l’on s’est posée ne comporte donc pas de réponse unique, puisqu’elle peut varier en fonction des discours de chacun, et de la perception de l’historien envers sa propre discipline. L’histoire ayant encore des difficultés à se légitimer, la réponse à notre question en est tout autant compliquée.

B. Une légitimité difficile à acquérir

Le questionnement précédent nous amène naturellement à considérer la question de la légitimité de la discipline. Présente dans tous les domaines scientifiques, la quête de la légitimité est d’autant plus forte dans les sciences humaines et sociales. Il existe un imaginaire relativement ancien où ces sciences ne seraient pas considérées comme de “vrais” scientifiques, et n’auraient pas d’éléments à apporter à notre société. Cette idée est d’autant plus marquée lorsque l’on constate la jeunesse de l’histoire environnementale, qui a encore du mal à se faire une place. Nous pouvons confirmer ces propos lorsque l’on regarde les controverses scientifiques actuelles. Dans ces débats, de nombreux experts scientifiques sont mobilisés afin d’apporter des connaissances scientifiques légitimes pour prendre la meilleure des décisions. Or, nous n’avons jamais rencontré d’experts en histoire environnementale. Pourtant, ce sont bien des scientifiques qui ont travaillé sur le sujet, tout comme un chimiste ou un biologiste.

Est-ce que cette absence rejoint la question qu’on se posait précédemment ? L’histoire environnementale est-elle réellement perçue comme une science par la société ? Il faut noter que cette discipline apporte un point de vue qu’aucune autre discipline n’offre. Le problème de confiance ne vient peut être pas de la communauté scientifique en elle même, mais peut être des citoyens qui ne seraient encore pas prêt à faire confiance à une science humaine telle que l’histoire dans une controverse. Cela rejoint l’idée que la population est formatée à distinguer les sciences (qui regrouperait les sciences dites “dures”) des formes intellectuelles plus littéraires et artistiques (non perçues comme des sciences). Dans cette optique, les historiens environnementaux pourraient tout de même être consultés dans des controverses, sans pour autant apparaître sur la scène publique.

C. La démarche historique au delà du présentisme

Après avoir abordé la question des frontières de la discipline ainsi que sa légitimité, il est tout de même essentiel de s’interroger sur les apports d’une démarche historique dans la recherche, soit une démarche au delà du présentisme. Les études d’histoire environnementale peuvent apporter un nouvel aspect sur un objet de recherche déjà très étudié. Les sciences expérimentales vont, par exemple, étudier uniquement les maladies du dernier siècle, alors que l’historien environnemental va prendre en considération d’autres points, comme les conditions de vie de l’époque, leurs évolutions, la communauté des médecins, etc.. Ces nouvelles informations de travail vont être récoltées à travers les récits et les traces de l’époque, ce qui renforce l’idée d’une méthode scientifique rigoureuse. L’apport principal des études environnementales sont le travail sur le temps long à travers la prise en compte de l’évolution.

De plus, nous pouvons également soulever le fait que les historiens environnementalistes français ont une tendance à s’engager en faveur de l’écologie. Il y aurait donc une ambition dans leur recherche qui serait de faire réfléchir la population sur les enjeux environnementaux grâce au regard tourné vers le passé, pour mieux regarder l’avenir. Cet aspect, rejoignant notre premier questionnement, est plutôt révélateur d’une volonté scientifique sensibilisatrice, qui aurait pour vocation de conter le passé pour prévenir au mieux l’avenir.

Compte-rendu rédigé par Angélique Carrara (@ange_carrara), Hanna Fetet (@Fetet_Hanna) et Alizée Marot (@alizeemarot), étudiantes au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).