Où se font les sciences sociales ? Expertise et construction des savoirs

Cette séance a été présentée par Marine Dhermy, chercheure au laboratoire de sciences sociales PACTE (unité mixte de recherche CNRS, Université Grenoble Alpes et Sciences Po Grenoble). Docteure en sociologie, elle a soutenu une thèse en 2015 à l’EHESS intitulée Les sciences sociales et l’action au Bureau international du travail (1920-1939). Elle est particulièrement attachée à l’interdisciplinarité (philosophie, histoire, sociologie, anthropologie) ainsi qu’à l’application rigoureuse des méthodes de recherches en SHS, comme par exemple les techniques quantitatives en histoire et la démarche ethnographique.

1. Synthèse de l’intervention

Les SHS, ou Sciences humaines et sociales, sont un ensemble de disciplines scientifiques s’appliquant à étudier la société. Parmi ces sciences nous pouvons citer le droit, la sociologie, l’histoire ou même l’anthropologie. On parle également de Sciences sociales. Dans le cadre des séminaires Sciences, société et communication, Marine Dhermy est intervenue sur la thématique de l’expertise et la construction des savoirs. La thèse qu’elle a défendu lors de ce séminaire est la suivante : Le rôle de l’expert dans la construction des savoirs, l’exemple du BIT (Bureau international du travail).

Dans un premier temps nous verrons où se font les sciences sociales, et dans un second temps nous nous pencherons sur l’exemple concret du Bureau international du travail.

A. Où se font les sciences sociales ?

Nous l’avons vu plus haut, les sciences sociales, ou sciences humaines et sociales dans le domaine universitaire, s‘intéressent à la société. Alors qu’il est aisé d’imaginer où se font les « sciences dures » il est plus difficile de savoir où se font les sciences sociales.
De prime abord, les premières réponses qui viennent à l’esprit sont des lieux de production et de diffusion du savoir comme les universités, les laboratoires de recherche publics et privés et le CNRS (dont la date de création est 1939). Globalement, c’est après la seconde Guerre Mondiale que beaucoup d’institutions publiques de recherche se mettent en place.

L’histoire des sciences sociales semble plus tortueuse à cause de la recherche de légitimité de ces disciplines au regard des sciences jugées plus rigoureuses, comme les mathématiques par exemple. Avant la seconde Guerre Mondiale, les sciences sociales se faisaient couramment en dehors des universités. Les chaires de sociologie n’existaient pas à l’époque. On remarque donc qu’il n’y avait pas de lieu professionnel pour pratiquer et étudier de la sociologie. On peut citer comme exemple René Vorms qui fut sociologue mais pas universitaire. Un autre point appuie cet argument : de 1900 à 1929 il existe un réseau très important de personnes écrivant sur la sociologie mais qui ne sont pas sociologues ; ce sont des avocats, entrepreneurs, commerçants.

La professionnalisation de la discipline passe par l’expertise et ce sont les institutions qui se portent garantes de l’expert. On assiste donc à une division sociale du travail entre l’expert et le politique. Cependant, il semble pertinent de se demander ce qu’est un expert.

La première définition trouvée date de 1252 et le terme désigne dans le dictionnaire une personne « alerte/adroit(e) ». Au 14ème siècle, l’expertise est définie comme étant « de l’habileté, adresse, expérience ». Ce terme est décliné dans plusieurs domaines mais défini un savoir faire (définition avant la seconde Guerre Mondiale). Dans les années 50, l’expertise désigne les compétences spécifiques d’une personne. De fait, un expert est une personne qui sort de son milieu d’exercice pour mettre son savoir au service d’une institution. L’enjeu est donc important car les experts sont dans plusieurs domaines. Néanmoins, l’impact peut être négatif car on assiste à une instrumentalisation du savoir. De plus, les rapports entre savants et politiques ne sont pas figés dans le temps.
Plusieurs facteurs favorisent l’essor de l’expertise. Ceux-ci sont pris dans une tension entre la reconnaissance de la science pour la prise de décision et son incapacité à trouver une solution ou, parfois, le manque d’intégrité de certains scientifiques.

Le développement de la notion d’expertise en sociologie correspond à un moment de forte mobilisation de la science, de médiatisation de celle-ci et de critique de la part de certains publics.

Le premier facteur s’est développé à l’aube du mouvement anti-nucléaire puis du mouvement anti-nanotechnologies. Un fort mouvement de critique des sciences et des techniques, notamment à l’égard du mythe d’une science pure, autonome et désintéressée ainsi que du mythe du scientifique intègre et objectif. Cela est occasionné en partie par l’accroissement des acteurs privés dans le monde de la recherche. La sociologie a été grandement marquée par cette critique publique des sciences. Ce n’est pas un hasard si à ce moment là, dans les années 70, la sociologie des sciences prend un essor important avec notamment les travaux de Peter L. Berger et Thomas Luckmann (note : La construction sociale de la réalité, 1966) et aussi ceux de Michel Callon et Bruno Latour. De la critique des sciences dans les années 70, la sociologie a retenu que l’expertise était un ‘’savoir diminué ‘’.

S’inscrivant dans un contexte pratique l’expertise ne produisait plus aucune connaissance et se contentait de répondre à un besoin social et/ou politique. Elle fait le lien entre deux mondes bien distincts : la science et la politique.

Le deuxième facteur ayant favorisé cette notion sociologique d’expertise correspond aux interrogations autour de la rationalisation de l’action publique. Elles ont trouvé un écho particulier dans les années 90 avec la multiplication des agences susceptibles de conseiller l’Etat. Cela dans le but d’éviter de nouveaux scandales sanitaires comme la vache folle et le sang contaminé, ou, en cas de besoin, de maîtriser le scandale. Ces agences sont des institutions gouvernementales qui regroupent des scientifiques et des experts qui travaillent pour leur compte.

La science doit être la garante d’une impartialité au service de l’Etat. L’expertise apporte une caution scientifique aux décisions prises par les parlementaires.

Enfin, le troisième facteur est la démocratisation de la science, c’est à dire un contrôle citoyen de la Science. De plus en plus de citoyens revendiquent une certaine forme d’expertise souvent en tant que militant à l’occasion de la défense d’une cause. La notion sociologique d’expertise a hérité de ce facteur une idée de nivellement des savoirs avec une indistinction de la science et des connaissances. Ainsi, le profane est au même niveau que le savant. C’est ce que défend un courant en sociologie des sciences porté par Callon et Barthes, où les citoyens sont susceptibles de participer au débat public. Un autre courant a suggéré que les citoyens pourraient décider des orientations de la recherche.

La sociologie de l’expertise s’est développée de manière très critique à l’égard de la science et des scientifiques depuis les années 70. A chaque fois que les rapports science et politique sont étudiés par le prisme de l’expertise, c’était pour insister, globalement, sur l’instrumentalisation de la science par le politique. De plus, il y a un fossé assumé, dans cette notion d’expertise, entre la science et le politique.

Il y a 3 éléments dans la suite de l’exposé à garder en tête et qui vident totalement l’intérêt de la notion d’expertise pour la période étudiée :
1- Le manque de professionnalisation des SHS dans la période étudiée
2- L’écart relatif et même quasi-inexistant entre le savant et le politique
3- L’absence de subordination de la Science et du savant à l’égard du politique

B. Focus sur Edgar Milhaud

Présentation de la synthèse de 2 articles (2015 et 2017) s’intéressant à la scientificité au Bureau international du travail (BIT)

L’intérêt dans ces articles n’est pas d’étudier les effets de la science sur la construction des politiques publiques comme le feraient des sociologues de l’expertise. En effet, c’est plutôt une démarche inverse, à savoir les effets des logiques administratives, politiques et idéologiques sur l’exercice de la science. Ces articles se situent dans la sociologie des sciences et non les sciences politiques. Ce travail tente d’articuler une histoire des sciences administratives et une histoire des sciences sociales à partir du cas du BIT.
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) a été fondée en juin 1919 par le Traité de Versailles. L’OIT a pour mission défendre le dialogue social et d’améliorer les conditions de travail notamment pour éviter la propagation en Europe de la révolution russe de 1917 et surtout la reproduction d’une première guerre mondiale en favorisant une paix durable. L’organisation fait voter par les états des conventions et des recommandations pour améliorer le sort des ouvriers dans les industries et le monde agricole. Le BIT est le bureau de l’OIT. Il est chargé d’enquêter sur les conditions de travail dans le monde et de préparer les conventions et recommandations. Par exemple, la journée de 8h et l’interdiction du travail de nuit pour les enfants sont des conventions acquises par l’OIT. Le conseil d’administration du BIT a la particularité d’être tripartite : délégués gouvernementaux, représentants de syndicats ouvriers et représentants de syndicats patronaux. Le BIT, c’était une centaine de fonctionnaires dans ses services dont la division scientifique devenue la division des recherches chargée des enquêtes pour le BIT.

Un intérêt mutuel émerge entre le BIT et les savants en sciences sociales durant l’entre-deux guerres. Il est intéressant de se demander pendant cette période de fragilité institutionnelle autant pour les sciences sociales que pour les institutions internationales : Comment le BIT a-t’ il trouvé dans les sciences sociales naissantes de quoi nourrir et légitimer son action en matière de législation du travail ? Et comment les savants ont-ils trouvé, dans les activités du BIT, un relai, un appui et un terrain d’expérimentation pour l’affirmation institutionnelle et scientifique des sciences sociales, dont la sociologie ? Pour étudier les effets de cette division du travail entre science et administration sur le travail savant, une étude de l’Enquête sur la production d’Edgard Milhaud menée entre 1920 et 1924 est réalisée.

La genèse de l’enquête
Cette enquête représente 6000 pages en 8 volumes. Elle a été demandée par un délégué patronal italien du haut conseil d’administration du BIT. Il était inquiet du manque de reprise économique au sortir de la première Guerre Mondiale. En effet, le niveau de production en 1918 était estimé à 40% du niveau de production de 1913. La question était donc : Comment sortir d’une production de guerre pour aller vers une production de paix ? En parallèle de cette interrogation, les ouvriers revendiquent la reconnaissance de leur effort de guerre et être récompensés par des lois sociales en leur faveur comme la journée de 8h. Pour les délégués patronaux du conseil d’administration du BIT, la journée de 8h était l’une des grandes responsables de la dépression économique de 1920 car les ouvriers ne travaillaient pas assez. Ainsi, les délégués patronaux souhaitaient mettre en évidence cette hypothèse par une étude des conséquences de la réduction du temps de travail sur la production mondiale. Les délégués ouvriers ont accepté à la condition que l’enquête soit plus générale et étudie tous les facteurs susceptibles d’influer sur la production. Ce fut la seule enquête réalisée par le BIT avec une telle ampleur.

L’auteur de l’enquête
Edgard Milhaud, né en 1873 et mort en 1964, était agrégé de philosophie comme la plupart des sociologues de son époque. Il connaissait la fine fleur des sociologues durkheimiens et éditait une revue de sciences sociales dont les revenus finançaient l’activité politique de son ami socialiste Albert Thomas. Il fut, avec Albert Thomas et Marcel Moos (le neveu de Durkheim), membre de la rédaction du journal L’Humanité fondé par Jean Jaurès. A la fin de ses études en 1899, il a été recruté au ministère du commerce et de l’industrie où il a occupé le poste de conseiller économique. Faute de poste académique en France, il a été recruté en 1902 par Genève comme professeur d’économie politique à 7 voix contre 5 en absence de concurrent. Son élection à ce poste a fait lieu de controverse. En effet, il était inconnu là-bas mais sa candidature était soutenue par Jean Jaurès et l’historien Charles Seignobos. Ses collègues et ses étudiants ont hué sa leçon d’ouverture pendant que la presse attaquait son incompétence à enseigner l’économie politique. En effet, à son élection, il n’avait pas publié d’ouvrage d’économie politique et il s’était auto-formé en parallèle de ses études de philosophie.
Ces controverses ont ressurgi 20 ans plus tard pendant l’enquête, ce qui a entraîné l’accusation par les délégués patronaux d’incompétence. En fait, la presse et les délégués patronaux, en critiquant son incompétence et le manque de scientificité de l’enquête, s’attaquaient au socialisme. Milhaud, socialiste au temps de l’enquête, était particulièrement bienveillant à l’égard de la journée de 8h et n’allait donc pas avouer que la réduction du temps de travail avait un impact sur la production. En public, il se montra prudent sur ses conclusions, invoquant le manque de recul historique et la nécessité de suspendre son jugement. Cependant, en privé, il se montrait beaucoup moins prudent et mettait l’accent sur les bienfaits de la journée de 8h comme dans l’une de ses lettres au directeur du BIT.

Méthodologie de l’enquête
L’enquête n’était pas une courte enquête documentaire comme imaginée par les délégués patronaux. En effet, c’était une enquête scientifique et systématique qui étudiait fait, cause et remède. Les objectifs et les moyens de l’enquête n’ont pas été négociés pendant le conseil d’administration. Ce qui peut expliquer la divergence entre l’attente patronale, une synthèse documentaire, et l’enquête réalisée, une enquête scientifique. Milhaud s’est montré intransigeant sur les pressions s’exerçant sur lui à différents stades de l’enquête.
L’enquête suit une démarche sociologique inductive et empirique en se basant sur des données de terrain. En effet, Edgard Milhaud entendait conduire une enquête de science sociale susceptible de justifier scientifiquement les remèdes à la dépression de 1920 grâce à ce qu’il appelait la méthode expérimentale (comparaison des statistiques dans le temps). A travers cette enquête, Milhaud a essayé de comprendre la part de chaque facteur sur la production en étudiant les variations concomitantes. Une variation concomitante, c’est lorsque deux séries de données évoluent en même temps dans le même sens ou dans le sens contraire, on parle aussi de corrélation. Milhaud propose alors la conclusion suivante : la chute des prix a entraîné une chute de la production, qui a entraîné une augmentation du chômage, donc l’augmentation du chômage a été causée par la chute des prix. Il le montre par différents graphiques. Plusieurs éléments ont été reprochés à l’enquête et son auteur à savoir : le manque de scientificité de l’enquête et l’incompétence d’Edgard Milhaud, l’extension trop économique et socialiste de l’enquête, et l’intrusivité de l’enquête.

La quête d’autonomie scientifique d’Edgard Milhaud
Durant l’enquête, deux visions du BIT se sont opposées : le BIT comme organe de centralisation contre la vision de Milhaud souhaitant réaliser une enquête scientifique. Durant toute son enquête, il fut critiqué pour le manque de scientificité de son enquête et le manque d’objectivité de son travail et pour l’incapacité à réduire l’ampleur de ses recherches trop coûteuse en temps et trop peu adaptée à l’urgence de la situation. Il fit son enquête avant tout comme savant et non comme fonctionnaire. C’est au nom de la science qu’il a maintenu son autonomie et résisté à la pression du conseil d’administration. Il défend son travail et sa méthode comme le “héraut” transmettant l’existence de causalités. Certes, elles ne plaisent pas ici mais sa mission est de les transmettre et il le fait.

C. Conclusion

Revenons aux 3 éléments principaux énoncés précédemment :

1- Le manque de professionnalisation des SHS dans la période étudiée

Est expert, d’après la sociologie de l’expertise, celui qui détient un savoir ou un savoir-faire reconnu par l’Etat en vertu de son appartenance à une profession. Milhaud n’est donc pas un expert étant donné que ni la sociologie ni la politique ne sont professionnalisées à l’époque où il travaille pour le BIT. Ces disciplines disposent de leur chaire universitaire et de postes attitrés au CNRS seulement après la seconde Guerre Mondiale.

2- L’écart relatif et même quasi-inexistant entre le savant et le politique

Les disciplines sociales sont nées dans les administrations d’Etat. En effet, les chiffres étaient gardés privés au sein des organisations/institutions. De plus, ce que développe Milhaud était un projet scientifique orienté vers l’action politique. Ce qui montre bien l’absence d’écart entre le savant et le politique.

3- L’absence de subordination de la Science et du savant à l’égard du politique

Selon la sociologie de l’expertise, l’expert n’a pas de pouvoirs de décision. Il répond à une commande et il y a peu de place à l’autonomie du savant. Milhaud échappe totalement à cela dans son enquête.

Pour conclure, la notion sociologique d’expertise commence à être de plus en plus critiquée pour l’appauvrissement qu’elle engendre. Son approche est assez paradoxale puisqu’elle part du postulat non interrogé que la science et le politique partent d’un état d’extériorité fondamentale. Puis, elle utilise dans un second temps la notion d’expertise pour montrer que la Science et le politique sont en lien. Marine Dhermy pense que c’est faux, mais que l’inverse est plutôt vrai. Il faut partir de l’idée que la Science et le politique sont fondamentalement intriqués et qu’ils se sont éloignés suite à la division du travail. En effet, la société tend à diviser les fonctions en spécialisation. Ainsi, le rapport entre Science et politique n’est pas fixe, il a évolué et évolue selon les époques.

2. Echanges et discussion

Après l’intervention de Marine Dhermy, nous avons eu l’occasion d’échanger avec elle et de soulever plusieurs problématiques qui nous ont interpellés. Cette deuxième partie du rapport est centrée sur les questions et réponses échangées lors de cette discussion avec l’intervenante. Quatre grandes problématiques se sont dessinées lors de l’échange.

A. La démocratisation de la science

La première problématique évoquée lors de la discussion est celle de la démocratisation de la science. Pendant son intervention, Marine Dhermy a parlé du positionnement des sociologues Callon et Latour : Ils sont partisans de la démocratisation de la science, c’est à dire du fait de laisser aux citoyens le choix de participer dans ce domaine. Pour appuyer ce point de vue, les deux auteurs ont, selon l’intervenante, des arguments “avant tout politiques”. Cela va dans le sens d’une diversification des facteurs que les scientifiques peuvent prendre en compte et que les citoyens peuvent proposer. Le but de la démocratisation de la science est de laisser les citoyens avoir un certain contrôle sur la science, de ne pas laisser les scientifiques oeuvrer seuls et prendre toutes les grandes décisions scientifiques sur la pollution environnementale ou les questions de santé par exemple. En effet, les auteurs considèrent que ces questions concernent l’ensemble des citoyens, puisqu’ils subissent la pollution et le réchauffement climatique. Selon Marie Dhermy, il ne s’agit pas “de faire décider les thématiques aux citoyens, mais de les faire participer à ce que Bruno Latour appelle « les forums hybrides », qui correspondent à des espaces où les scientifiques, les politiques, les citoyens peuvent dialoguer et faire avancer la science”. La démocratisation de la science serait également un moyen de lutter contre la méfiance des citoyens à l’égard des scientifiques.

B. Le sacre de l’amateur

La démocratisation de la science semble entraîner un second phénomène sociologique : le sacre de l’amateur. Lors de l’échange, il a été défini comme le fait que “les personnes qui ne sont pas scientifiques parlent d’un savoir sans pour autant l’avoir étudié, sans avoir de qualifications, et vont réussir à se faire entendre parfois plus que certains scientifiques”. La question qui se pose alors est celle de la pertinence de prendre en compte l’avis de n’importe quel individu, d’autant plus lorsque ce même avis arrive dans la sphère publique. A ce sujet, Marine Dhermy nous a répondu en faisant référence aux personnes atteintes de maladie. Certaines d’entre elles se renseignent sur leur maladie à tel point qu’elles finissent par acquérir des connaissances scientifiques parfois assez poussées. Ces individus deviennent alors des experts à leur niveau. Sur cette problématique, Marine Dhermy rejoint la proposition du sociologue Callon qui est la suivante : “plus le nombre d’avis profanes est important, plus la situation sera enrichie de connaissances”. Toute expérience et bonne à prendre, et il faut “penser sur le mode du pluralisme, faire confiance aux expériences des gens car chacun est susceptible d’établir des relations de causalité à partir de son expérience d’individu”. Au-delà de la confiance en la véracité de l’expérience des individus, une véritable question de légitimité se pose avec cette problématique du sacre de l’amateur.

B. La catégorisation « expert-profane »

Revenons plus en détail sur le terme de “profane”, auquel on oppose intuitivement ”l’expert”. On peut se demander si la catégorisation « expert-profane » a encore un sens aujourd’hui, et si oui, à quoi elle sert. Est-ce que cette catégorisation est une construction sociale et politique ? D’après l’intervenante, il est très compliqué de déterminer à partir de quel moment on devient un expert dans un domaine. Il n’existe pas de rupture nette entre expert et profane, c’est une catégorisation qui demeure encore extrêmement floue et continue. On peut alors se questionner sur ceux qui déterminent qui est expert et qui est profane. Marine Dhermy nous a répondu que c’était avant tout le politique et le scientifique, car ce sont des enjeux de légitimité aussi. Le scientifique a tout intérêt à dire que lui seul détient la science, le savoir scientifique, donc le profane n’a pas vocation à entrer dans son modèle scientifique. Et le politique, ça dépend de ce qu’il veut faire. Un expert en tant que tel c’est une personne qui est reconnue par l’Etat qui a envie de s’adresser à elle en la désignant comme expert, pour lui permettre d’agir dans un sens plutôt que dans un autre. Dans l’actualité, c’est ce que l’on a pu constater avec la nomination par le président Emmanuel Macron de Stéphane Bern comme expert pour sauver le patrimoine. Ce choix a été contesté par toutes les personnes qui travaillent sur les questions du patrimoine. C’est de cette façon que l’Etat peut introniser quelqu’un comme un expert, décider de ses missions, de quel monument il va falloir s’occuper. C’est donc un véritable conflit de légitimité, en partie dû au fait que le statut de l’expert n’est pas défini par un critère de scientificité ou autre.

D. La définition d’un expert

La dernière grande problématique, et non des moindres, abordée lors de l’échange avec l’intervenante est celle de la définition d’un expert. De nombreux travaux sont réalisés autour de cette question, en sociologie de l’expertise notamment, pour essayer de définir ce qu’est un expert. Ces définitions vont poser problèmes, car étant trop vastes, elles varient selon les scientifiques, voire les politiques. Certains vont ainsi se revendiquer expert, les scientifiques, les associations, les sociétés savantes, etc. Selon Marine Dhermy, la définition d’expert “qualifie à peu près tout et n’importe quoi, et c’est une notion qui embrasse tellement de choses que finalement elle n’apprend plus grand-chose”. L’expert ne serait donc pas, d’un point de vue sociologique, une notion très éclairante. Elle est pourtant considérée comme pertinente pour beaucoup de sociologues, car “elle permet de maintenir une certaine différenciation en terme de contenu entre le travail des scientifiques et le travail des experts pris dans des logiques décisionnelles, qui ont souvent pour conséquences l’accusation des experts d’orienter leurs travaux et de fausser leurs résultats”. Lors de l’échange, un autre point intéressant a été soulevé : le fait qu’un expert peut être défini comme tel aux yeux d’un public. C’est alors un jugement purement subjectif, basé sur la façon dont l’expert est considéré par le public. Bien sûr, un public est hétérogène, et un expert n’en est pas forcément un aux yeux de telle ou telle personne. En effet, les premiers parmi le public à remettre le choix d’un expert en cause feront partie d’une tranche éclairée sur le sujet, des scientifiques, des connaisseurs, etc. On constate donc l’absence de consensus concernant la définition de l’expert, ou du moins que l’intervenante lors de ce séminaire ne partageait pas l’avis de la majorité des sociologues de l’expertise.

3. Approche critique

Pour approfondir nos réflexions, nous nous sommes penchés sur plusieurs articles de recherche en sociologie de l’expertise, et plus particulièrement des articles centrés sur le rapport à l’expertise des scientifiques. Ces articles sont issus du numéro 64 de Hermès, Les chercheurs au coeur de l’expertise, aux éditions C.N.R.S,

Nous avons vu en conclusion que la notion sociologique d’expertise commence à être critiquée par les sciences sociales et que le rapport entre science et politique est en évolution continue. Cependant, la notion d’expert est importante pour le politique dans un soucis de communication pour légitimer ses actions. De plus, nous avons vu que la science est relativement autonome. En ce sens, nous pouvons nous demander : Qui, entre sciences sociales et politique, décidera de l’avenir de la notion d’expert ?
Le conflit sur les attentes des différents partis à propos des expertises est également intéressant à approfondir. En effet, selon l’article La fabrique de l’expertise scientifique : contribution des STS, certains individus souhaitent que les expertises soient ‘’pures‘’, c’est à dire impartiales et objectives, tandis que d’autres les désirent ‘’démocratisées‘’, c’est à dire inclusives et pluralistes.

Cependant, laquelle de ces attentes est la plus légitime et appropriée pour construire notre société ? Autrement dit, comment l’expert doit-il exploiter ses connaissances au service de la société dans le cadre de son rôle d’interface entre la Science et le Politique ?

En plus de ces axes de réflexion, il semble légitime de se remettre en question quant à l’instrumentalisation des sciences aux services de l’expertise ; en effet, les experts sont à l’interface avec la société et les questions sociétales. De fait, leur travail est demandé et est attendu, à la différence du chercheur qui lui n’est pas à cette interface. Son travail peut ainsi passer pour fastidieux et même inutile.

Ne se tournerait-on pas vers une science techniciste ? Une science qui ne laisse plus place à la recherche, la sérendipité, la créativité ? Mais bien une science appliquée à la société ne laissant aucune marge.

Par ailleurs, cette thèse peut s’appuyer aussi sur la tendance générale dans l’enseignement supérieur à faire plus de place aux formations techniques et professionnelles dites de recherche appliquée pour répondre aux besoins sociétaux au détriment des formations portées sur la recherche. Seulement en agissant de la sorte, il arrivera un moment où la recherche appliquée et de fait l’expertise seront limitées car les moyens mis pour la recherche fondamentale auront été trop peu nombreux.

Enfin, à l’image des cours universitaires donnés par les chercheurs, les institutions publiques de recherche, telle que le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS), envisagent de considérer, et donc rémunérer, le temps que les chercheurs consacrent à la transmission des connaissances auprès du “grand public”, par exemple pendant un évènement de vulgarisation scientifique comme la Fête de la Science. Cela devrait faciliter les échanges entre la Science et la Société, et donc le Politique, sans le besoin d’une interface. Qu’adviendra-t-il des experts une fois leur rôle devenu obsolète ? Vont-ils disparaître ou évoluer vers une nouvelle définition ?

Compte-rendu rédigé par Corentin Callon (@cococallon), Esther Lauri (@Lauri_Esther34) et Julie Polge (@JuPolge), étudiant-e-s au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search