Startups, entrepreneurs et promesses techniques du NewSpace

Cette séance a été présentée par Arnaud Saint-Martin, sociologue et chargé de recherche au CNRS, membre du Centre de Sociologie Européenne /
Centre européen de sociologie et de science politique (CSE/CESSP). Il est également co-directeur de la publication de la revue semestrielle Zilsel. Science, Technique et Société publiées par les Éditions du Croquant et animateur du carnet de recherche Zilsel, sociologie, histoire, anthropologie & philosophie des sciences & techniques.

1. Résumé / synthèse

A. Introduction au NewSpace et à l’astropreneuriat

Le NewSpace est un phénomène contemporain né dans la Silicon Valley, puis étendu à l’Europe plus récemment. Ce nouveau mode de pensée est présenté par ses promoteurs comme un changement dans la conquête de l’espace. Il est aujourd’hui question de « révolution », de « changement de paradigme », voire de « Renaissance » spatiale. Tout cela exprimerait une organisation du spatial en mutation.

Derrière ce terme « NewSpace », nous retrouvons une multiplication des start-ups du spatial, dont l’ambition est de révolutionner ce marché en baissant les coûts.

Une des plus célèbres, SpaceX, a conçu et commercialisé un lanceur réutilisable (le Falcon 9) qui illustre cette stratégie industrielle agressive. Cependant, ce phénomène ne tient pas au seul développement de ces start-ups, il résulte aussi de la possibilité pour de nombreuses entreprises appartenant à des secteurs complémentaires, parfois innovants, d’être impliqués (tourisme spatial, minage d’astéroïdes, etc.). C’est donc un « écosystème » à part entière qui se structure autour de la notion de NewSpace. Avec cette dernière, notons également l’apparition d’un vocabulaire « indigène » associé ; par exemple, la notion d’« astropreneuriat », mot valise condensant entrepreneuriat et astronautique, désigne le secteur de l’entrepreneuriat du spatial tel qu’il est vécu dans la Silicon Valley. Il fait référence à toutes les entreprises surfant sur la vague californienne du NewSpace, des start-ups pour la plupart.

Si nous parlons de NewSpace, cela implique une transformation de l’ancien modèle de la recherche spatiale, que d’aucuns nomment – non sans le critiquer – le « Old Space ».

Ce dernier terme désigne l’industrie spatiale telle qu’elle était conçue jusqu’aux années 2000, quand se serait amorcé le passage au NewSpace. Comment fonctionne ce modèle ? Premièrement, il vient des logiques politiques et historiques en place à son lancement : un contexte de Guerre froide, installant une « course à l’espace » entre les États-Unis et l’URSS. Pour ces deux superpuissances, l’enjeu était tant stratégique que politique et les coûts étaient considérables. Pour donner un ordre d’idée, le programme Apollo s’est élevée à plus de 26 milliards de dollars de l’époque. Une autre caractéristique de ce spatial « 1.0 » est le fait que ces activités ont été menées exclusivement sous l’autorité d’organisations gouvernementales, du moins initialement. Avec le temps, le marché a été ouvert à des satellites commerciaux, mais selon de nombreux observateurs c’est l’irruption du NewSpace qui marqué la fin de ce monopole.

B. De nouveaux enjeux pour le spatial

Les transformations actuelles ont été permises grâce à la révolution numérique et à la multiplication de start-ups de manière générale. L’avancement technologique (lanceurs plus légers et réutilisables, Cubesats…) est également un des facteur de cette transformation. Cependant, le progrès s’accompagne souvent d’enjeux de taille, parmi lesquels nous pouvons citer la question des débris spatiaux en particulier et la plus grande facilité actuelle d’envoyer des objets en orbite.

Cet astropreneuriat renverse les logiques d’acteurs en place jusqu’alors. Si la concurrence était principalement interétatique, la mise en place de start-ups bouleverse les rapports de force établis auparavant.

Si nous avons principalement évoqué les start-ups dans les logiques du NewSpace, les agences historiques comme la NASA (la National Aeronautics and Space Administration fondée en 1958) ou encore le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales, créé e 1961) sont aujourd’hui conscientes d’un changement des rapports de forces et des logiques de marché liées à ce secteur. Il a cependant été mis en évidence une difficulté de la part des agences à changer leurs logiques internes pour s’adapter au NewSpace. Ces dernières ont malgré tout des initiatives allant dans ce sens, par exemple l’ESA qui propose un incubateur de start-ups ou encore le CNES avec ActInSpace. En effet, ces agences ont des logiques économiques propres différentes du modèle des start-ups, mais la réduction des coûts est un enjeu actuel fort. Les agences ne sont pas totalement écartées du NewSpace puisque c’est un réseau liant acteurs « traditionnels » (agences, industries) et les « nouveaux » acteurs (start-ups). Ces acteurs constituent un écosystème à deux vitesses puisqu’il est basé sur deux conceptions du spatial.

C’est pour présenter ce contexte de mutation liée au NewSpace et ses travaux que le chercheur Arnaud Saint-Martin est intervenu à l’occasion du dernier séminaire 2017 Science, Société, Communication organisé dans le cadre du Master Communication et cultures scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (UGA).

C. Présentation de l’intervenant

Lors du séminaire du 29 novembre 2017 dans lequel il est intervenu, Arnaud Saint-Martin nous a présenté ses travaux sur la sociologie des activités spatiales et plus précisément sur le NewSpace et les acteurs qu’il implique (startups, agences spatiales…).

Annoncé comme révolutionnaire, le NewSpace se place comme en rupture par rapport à l’économie classique du spatial.

C’est ce qui a soulevé les nombreuses questions de recherche sur lesquelles travaille l’intervenant. Comment le spatial et ses agences ont été transformés par le NewSpace ? Qu’est-ce qu’implique l’apparition de l’entrepreneuriat du spatial, autrement dit « l’astropreneuriat », et comment les agences spatiales le perçoivent-ils ? Selon l’intervenant, une certaine transformation de la vie technique et scientifique est en cours dans le domaine du spatial – que les promoteurs du NewSpace qualifient volontiers de « changement de paradigme ».

Cette transformation impliquerait non seulement le monde scientifique mais aussi l’économie, la politique, la géopolitique, voire même l’éthique des activités spatiales.

Lors de son intervention, Arnaud Saint-Martin nous a parlé de la façon concrète dont il réalise son enquête (qui est d’ailleurs toujours en cours). En premier lieu, il l’a décrite comme « ayant des frontières très floues, à l’intersection entre la sociologie des sciences et techniques, la sociologie économique, la sociologie politique et la sociologie de la culture ». Cette imbrication résulte du fait qu’il est actuellement très difficile, dans le domaine du spatial en particulier, de voir si les acteurs parlent de science ou de marché. Concernant la méthode d’enquête, Arnaud Saint-Martin a opté pour une observation participante. Il va directement sur le terrain, notamment à des salons (Paris Space Week par exemple), des conférences, des pitchs de startup, ou encore des workshops, en Californie ou en Europe pour l’instant. Les acteurs qu’il rencontre et qu’il interroge sont très variés, puisqu’il contacte toutes les personnes s’intéressant au NewSpace : les startups, les nouveaux acteurs, les représentants des agences spatiales, les compagnies, les ingénieurs, les universitaires (de Stanford surtout), les capital-riskers, les accélérateurs, les journalistes, etc. Cela peut avoir certains inconvénients, particulièrement dans les discours des acteurs qui tiennent davantage de l’auto-promotion plutôt que de réels témoignages sur la question du NewSpace (par exemple, les startupers qui « pitchent » lors des interviews, dont il faut casser la langue de bois). Certains acteurs, comme les représentants des agences spatiales, sont aussi difficiles d’accès au point qu’Arnaud Saint-Martin se voit contraint dans certains cas de « se faire passer pour un journaliste au lieu de se présenter comme un sociologue ». Il faut composer avec la discrétion et le confinement spécifiques à ce milieu, certains acteurs ayant accès à des documents classés défense. Enfin, l’intervenant nous a précisé qu’il s’intéressait également beaucoup à la communication des acteurs du NewSpace, notamment sur Twitter, un réseau social très utilisé dans ce domaine, et la culture du « show américain » et de l’enthousiasme spatial sur scène, visible lors des événements, des conventions et des rencontres autour du NewSpace.

2. Discussion problématisation

A. Une logique de communication en évolution, quelles limites ?

Il est indéniable que la récente volonté de transparence du spatial dans laquelle s’inscrit le NewSpace induit une nouvelle manière de communiquer autour des projets spatiaux. Non seulement en quantité de contenu communiqué, mais également en stratégie de communication dans laquelle on retrouve l’idéologie « faster, better, cheaper » née dans les années 1990.

La stratégie d’intéressement
Parmi les évènements qui ont vocation à mettre en scène et accréditer l’idée qu’une révolution a lieu dans le spatial, la conférence NewSpace Europe est un moment-clé selon Arnaud Saint-Martin, car de nombreux acteurs s’y sont retrouvés en novembre 2017 (quelques jours avant l’exposé de l’intervenant…). Ce rendez-vous est un exemple représentatif de cette mutation de la communication. En effet, si certains intervenants présentent leur projet encore de façon assez conventionnelle en s’appuyant sur les aspects techniques qui n’intéressent que les ingénieurs, d’autres se tournent vers des stratégies centrées sur la vision même d’un « concept », au sens marketing. À tel point que les « astro-entrepreneurs » sont formés à pitcher un « concept », à développer des relations publiques, au « storytelling », etc. Les investisseurs de la Silicon Valley sont aujourd’hui plus réceptifs à la vision de l’entrepreneur qu’à la technologie et au discours scientifique qu’ils peuvent produire. Ainsi, apportant une part de capital à ces start-ups, les investisseurs et les clients finissent par acheter autant l’entrepreneur que la technologie qu’il promet.

Storytelling
Cette stratégie de communication basée sur la vision du porteur de projet, et de moins en moins sur sa technologie, ouvre la porte au « storytelling ». Il s’agit d’un outil de communication qui consiste à « raconter l’entreprise » et à donner vie au projet spatial dont il est question. Lors de leur recherche de fonds, les entrepreneurs sont dans l’optique de séduire. Par le storytelling, ils créent une ouverture pour l’investisseur vers leur concept et vont parfois se convaincre eux-mêmes de leur concept. Cependant, le storytelling n’est pas une stratégie de communication spécifique au NewSpace et existait déjà avant son affirmation dans la recherche spatiale. De plus, s’il montre un réel succès de communication par l’engouement qu’il génère auprès des publics, il n’en reste pas moins critiqué en coulisses. La stratégie de communication actuelle s’inscrivant dans l’esprit NewSpace serait-elle donc susceptible de continuer à évoluer ?

Newspace et internet of things
Si cette mentalité de transparence est mise en avant, entre autres par le « storytelling », elle déborde largement sur les scènes de l’internet 2.0. La plateforme Twitter est l’un des principaux canaux de communication utilisés dans la sphère du NewSpace. Arnaud Saint-Martin indique que les comptes Twitter des différents acteurs sont relativement suivis (quelques centaines d’abonnés) mais qu’il s’agit toujours de la même communauté. Twitter permet de s’inscrire dans une logique de storytelling en permettant de se raconter à travers l’actualité, mais les messages envoyés sont qualifiés par l’intervenant de plus « sauvages » dans le monde de l’astropreneuriat, contrairement à un storytelling calculé et planifié dans une agence. Bien que cette stratégie se veuille transparente, elle semble se heurter, dans le cas de Twitter, à un rayonnement limité à la sphère-même du NewSpace : tout se raconte à l’intérieur de la sphère du NewSpace ? Cette communication peut-elle atteindre le reste de la société ?

B. Le NewSpace dans les Start-up VS dans les grandes agences ?

Les agences en transition
Comment les grandes agences s’approprient la logique du NewSpace face aux start-ups qui donnent l’impression d’être florissantes ? Il faut noter que les grandes agences étaient présentes avant l’avènement du NewSpace et travaillaient dans des logiques en rupture. Si elles possèdent une réelle volonté d’intégrer le NewSpace à leurs logiques propres, elles doivent néanmoins effectuer une transition et s’adapter.

En comparaison, les start-ups aujourd’hui se créent au sein-même du NewSpace et se construisent dans cette mentalité, elles n’ont pas de travail de transition à effectuer comme les agences. C’est la raison pour laquelle des tensions surviennent dans les agences : les acteurs portent le concept avec beaucoup d’ambivalence au sein-même de ces agences entre les défendeurs de la logique NewSpace et les conservateurs de l’ancienne stratégie.

Des start-ups décomplexées
Les observations d’Arnaud Saint-Martin mettent en exergue un certain décalage entre les start-ups et les agences. En effet, les start-ups sont plus « décomplexées » avec les codes de l’industrie spatiale mainstream et n’hésitent pas à recevoir des visiteurs dans leurs locaux (qui sont parfois des garages). Les prototypes sont entièrement accessibles lors des visites et le secret professionnel n’y est pas toujours respecté. L’intervenant nous a par exemple raconté le cas d’un entrepreneur montrant un prototype de satellite défectueux et dévoilant une commande pour le moins surprenante d’un client étrange devant l’insistance du sociologue.

La zone grise du NewSpace dans les agences
À l’inverse, une agence spatiale encadre, au couloir et au bureau près, la visite des personnes extérieures avec des conditions assez strictes (port de la blouse blanche, par exemple). Ces visites ne résonnent donc pas encore avec la transparence que suggère le NewSpace et démontrent l’existence d’une certaine zone grise entre la volonté d’intégration du NewSpace à leurs logiques et leurs facteurs internes comme le secret industriel et le secret-défense qu’elles souhaitent préserver. En effet, la quête du spatial a pris racine durant la Guerre froide et la plupart des agences et des grands acteurs du spatial se sont affirmés à cette période-là avec des logiques de préservation et de non-partage des technologies créées ces mêmes agences. Malgré cette zone grise, il ne s’agit pas uniquement pour les agences de donner une image plus ouverte d’elles-mêmes.

Les logiques du NewSpace sont réellement intégrées dans les agendas politiques de certains acteurs pour qui nous sommes entrés dans un autre monde – si bien qu’il n’y a plus de sens à s’accrocher aux vieilles Lunes.

Néanmoins, certaines agences, notamment la DARPA (Département de la Défense américain), sont également dotées de missions classées secret-défense. Les agences ne seraient donc pas totalement ouvertes au NewSpace. Serait-ce à cause de leur statut encore en transition ? Est-ce que NewSpace et défense sont compatibles ? Leurs récentes évolutions en font néanmoins des espaces semi-ouverts, et, par conséquent, favorise leur veille stratégique et technologique auprès des start-ups afin de savoir à qui elles se vendent.

À moins que le secret-défense et le secret industriel ne rentrent plus en contradiction avec cette nouvelle idéologie du NewSpace, quelle est la plus-value pour une agence de rentrer dans la sphère du NewSpace ? Serait-ce un levier pour intégrer des actions de communication à leur stratégie ? Le NewSpace ne serait-il pas une communication en soi ?

3. Interprétation et appropriation

Peu de sociologues se sont penchés sur le sujet du NewSpace. L’intervention d’Arnaud Saint-Martin était inédite, du fait de la rareté de ce sujet de recherche en particulier chez les chercheurs francophones. Son positionnement lui a permis de prendre du recul par rapport à son sujet. Arnaud Saint-Martin a, dès le départ, considéré le NewSpace comme un véritable écosystème avec son lot d’acteurs, et c’est ce qui lui a permis d’avoir une approche globale du phénomène.

La mouvance du NewSpace et de « l’astropreneuriat » s’inscrit dans une tendance que leurs défenseurs qualifient de « démocratisation ». Au même titre que les autres sciences et techniques, le spatial deviendrait en théorie accessible à tous et non plus réservé aux seules autorités gouvernementales. Ce phénomène peut être relié avec l’existence des Fablabs, « tiers-lieux » permettant aux citoyens de s’approprier la technologie et de la rendre open source. Nombreux sont les ateliers « drones » et « nanosatellites » installés dans les Fablabs, ce qui témoigne d’un intérêt certains au-delà des ingénieurs du spatial. Le même phénomène existe en biologie avec les Biolabs, des lieux où manipuler le vivant devient accessible à tous (sous certaines conditions de sécurité bien entendu).

On peut alors s’interroger sur le bien-fondé de cette « démocratisation » des sciences et techniques et des conséquences que cela a, et pourrait avoir sur l’économie, la géopolitique et l’éthique. Certains éléments tendent à montrer que le NewSpace ne serait pas aussi démocratique qu’il n’y paraît. En effet, les entreprises (généralement des start-ups) ont un accès à ce qui était géré historiquement par de grandes organisations publiques.

Mais il faut savoir que ces agences utilisent largement la sous-traitance pour des questions d’ingénierie par exemple. Dans ce cas, certaines entreprises tierces avaient déjà accès aux technologies développées dans les agences spatiales. Dans les deux cas, la démocratisation n’est que partielle car une personne lambda ne peut pas l’utiliser, contrairement au mouvement maker, beaucoup plus accessible. Cela n’empêche pas que du chemin a été parcouru depuis les années 1960 et ce domaine s’est ouvert politiquement et économiquement. Mais alors, il faut se demander pourquoi l’évolution du spatial semble devoir passer ici par la création de startups. Il semblerait, là encore, que cela s’inscrive dans une tendance actuelle, car les startups se multiplient, avec souvent ce même objectif de réduction des coûts. Par exemple dans des domaines différents, Airbnb (domaine hôtelier), ou encore Netflix (domaine audiovisuel) peuvent être considérés comme une évolution des anciens modèles.

Le contexte sociologique de la science et des scientifiques doit également être pris en compte pour la compréhension de l’évolution de la recherche spatiale et l’avènement du NewSpace. En effet, comme indiqué dans l’article de Michael Cournoyea mettant en avant les principaux apports de l’ouvrage de Steven Shapin, The Scientific Life – qu’Arnaud Saint-Martin utilise comme cadre de référence pour son enquête en Californie –, l’après-guerre a été marqué par le phénomène de « Big science » (gros budgets, recherches de grande portée, etc.). Shapin, dans le chapitre 7 de son ouvrage (« The Scientific Entrepreneur Money, Motives, and the Place of Virtue »), met en avant l’émergence de scientifiques entrepreneurs dès les années 1970, modifiant l’économie de la recherche et allant vers le modèle des startups. Ceci suit la logique de l’évolution de la recherche spatiale : le « Old Space » s’inscrit dans le modèle de Big Science qui laisse place, peu à peu, au NewSpace. Nous en avons conclu que l’arrivée des startups dans le spatial est liée à l’importance croissante de financements pour les scientifiques.

La profession scientifique a vu le financement prendre une place de plus en plus grande, en raison du contexte socio-politique  (compétitivité croissante, changement des modes de financements, etc.) : les scientifiques ne sont pas uniquement considérés comme tels mais également « comme tout entrepreneur commercial » (Shapin, p. 210).

Et les agences spatiales, dans tout ça ? Comme nous l’avons fait remarquer dans la partie 2 et contrairement à ce que l’on pourrait penser, les agences ne sont pas hermétiques à cette mouvance. En effet, elles sont aussi intéressées par la réduction des coûts pour un domaine qui reste onéreux. Que ce soit la NASA, l’ESA ou encore le CNES, ces institutions ne sont pas en reste dans l’appropriation du phénomène du NewSpace. La NASA a créé Startup NASA, l’ESA est impliquée dans la création de startups. Concernant le CNES, il existe depuis 2014 un concours sous forme de Hackathon répondant à un besoin en utilisant les technologies de l’institution. Grâce à ce concours, des startups ont été créées (4 en 2014, 20 en 2016). ESA BIC Sud France a d’ailleurs été lancée grâce à un programme de transfert technologique de l’Agence spatiale européenne, dédiée à l’accompagnement des start-up d’Aerospace Valley.

Compte-rendu rédigé par Manon Campos (@66_maw), Débora Gallée (@Debora_Bluebird) et Julie Polge (@JuPolge), étudiant-e-s au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

 

Bibliographie
Steven Shapin, The Scientific Life: A Moral History of a Late ModernVocation [partiellement disponible sur http://urlz.fr/6kxX]
Michael Cournoyea, “REVIEW: Steven Shapin, The Scientific Life: A Moral History of a Late Modern Vocation”, A Journal for the History and Philosophy of Science, Vol. 4, No. 1 (2010) 273-275. [disponible sur http://urlz.fr/6kxZ]
Webographie
https://cnes.fr/fr/actinspace-creer-son-entreprise-grace-au-spatial
https://cnes.fr/fr/creation-de-start-record-pour-le-cnes-en-2017
https://technology.nasa.gov/startup

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search