(Dé)construire l’(In)acceptable : la santé environnementale en contexte postcolonial

La séance est présentée par Cécilia Claeys, sociologue et maître de conférences à Aix Marseille Université, membre du laboratoire Population Environnement Développement (LPED). Ses travaux s’inscrivent en sociologie de l’environnement et des risques environnementaux, et relèvent d’une sociologie critique.

Continuer la lecture

Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les datacenters à Plaine Commune

Ce séminaire nous est présenté par Clément Marquet, doctorant en Sociologie à Télécom ParisTech au département SES. Sa thèse porte sur l’aménagement de la ville connectée. Il s’agit de regarder comment les données informatiques contribuent à transformer l’organisation urbaine et impliquent des aménagements physiques lourds.

Les datacenters sont des espaces physiques regroupant des serveurs informatiques utilisés pour stocker, traiter et faire circuler des données informatiques : cloud, vidéo streaming ou encore finance assistée par algorithmes (trading). La métaphore du nuage est très trompeuse et loin de la réalité car ces données forment des objets territoriaux. Ce séminaire est basé sur le cas concret des datacenters à Plaine commune. Etablissement public territorial (EPT) créé en 2000, Plaine Commune comprend de nombreuses installations de datacenters, dont une quinzaine environ sont situées au sud de cette communauté de communes.

Les datacenters sont particulièrement difficiles à étudier, car leur infrastructure est soumise à des règles de sécurité très strictes et régie par le culte du secret. Ces centres de données semblent être invisibles, car ils échappent à la perception quotidienne de ceux qui en bénéficient. En effet, les bâtiments qui les hébergent semblent banals et anonymes car ils ne donnent aucun signe d’activité, échappant ainsi aux regards.

1 – Résumé / synthèse

A. De l’opportunisme à la promotion : une implantation discrète

Le territoire de Plaine commune est marqué par une histoire industrielle très forte. En effet, il s’agit à l’époque d’une banlieue ouvrière française comprenant les industries de chimie, d’automobile, d’énergie et les centrales thermiques pour alimenter les premiers transports parisiens. Des entrepôts couvrent le territoire afin de permettre le stockage des biens. Cette industrie est florissante jusqu’à son arrêt brutal vers les années 80, laissant un territoire sinistré.

Dans ce contexte, les élus tentent de donner une nouvelle dynamique aux territoires Ils se portent candidat pour accueillir le stade de France en Seine Saint Denis, et l’obtiennent. Or, dans la dynamique immobilière qui s’ensuit, la zone de Plaine Commune attire fortement l’attention des opérateurs de Datacenters car elle répond aux 5 facteurs d’implantations de ces infrastructures, données par Moriset (2003) et Bakis (2013) :

  • Disponibilité d’un foncier peu cher
  • Proximité d’alimentations électriques de forte puissance (poste source)
  • Accès aux réseaux de télécommunication (dorsales d’internet)
  • Desserte routièreAbsence de risques majeurs

Une première vague d’implantation s’opère, stoppée par la crise financière de l’internet en 2001 qui a éloigné une partie des acteurs investis dans cette installation. Une seconde vague d’implantation commence ensuite en 2006 et Plaine Commune devient « capitale des Datacenters ».

Les politiques ont l’espoir que ces installations augmentent l’attractivité du territoire en relançant son activité économique. Toutefois, la grande majorité des élus sont peu familiers des Datacenters et ne se penchent pas sur la transformation (qui devient habituelle) du territoire, car la façon dont sont construites ces infrastructures n’est pas politisée.

B. Energie, fiscalité, riverains en colère : des fissures dans la forteresse ?

Une conjonction d’événements suscite des troubles énergétiques, économiques et démocratiques, ce qui conduit à une interrogation des locaux à propos de ces infrastructures discrètes.

Du point de vue énergétique, les opérateurs des datacenters réservent une part d’électricité au fournisseur EDF, afin de garantir à leurs clients un espace sécurisé leur permettant d’héberger leurs données disponible 24h/24. Afin d’assurer cette continuité de service, qui est primordiale pour l’activité des opérateurs, ces derniers surdimensionnent leur besoin en électricité et raccordent leurs installations à deux postes sources différents pour garantir une arrivée d’électricité en cas de panne (les installations sont alors dites « tolérantes aux pannes »). Ces parts d’énergies leur sont réservées et ne peuvent être distribuées à d’autres clients. Cette sur-réservation d’énergie amène un risque de pénurie d’électricité sur le territoire.

Côté économique, la chute de la fiscalité entraîne une réforme de la taxe professionnelle (impôts de collectivité territoriales), divisant ainsi par dix les revenus rapportés par l’implantation d’un datacenter sur un territoire. Cela change la façon dont les élus appréhendent ces opérateurs.

Enfin, du point de vue démocratique, l’installation furtive de ces infrastructures suscite la colère des riverains. En effet, les Datacenters génèrent un bruit de fond continu et stockent du fuel destiné à alimenter les générateurs en cas de panne électrique.

Ce stockage de fuel est une activité considérée à risque, ce dont les riverains ne sont pas avertis car l’avis d’enquête publique est distribué non pas avant mais après l’installation du Datacenter. Ces entreprises ne sont habituellement pas confrontées directement aux riverains car elles sont le plus souvent installées dans les zones industrielles, et ne maitrisent pas tout à fait les procédures à suivre.

Ces trois points contribuent à éveiller le questionnement et parfois la colère des locaux au fur et à mesure de la mise en lumière de l’existence de ces infrastructures.

C. Les datacenters comme problème public ? Rapport, procès et mobilisations

Trois mouvements résultent de la montée de ces questionnements. Le premier mouvement a lieu au sein des instances politiques. Initialement, peu de personnes s’intéressent à la question des datacenters, du moment que ceux-ci rapportent de l’argent. Cependant, les rapports effectués (une note interne sur les conséquences économiques et fiscales et l’autre sur les conséquences écologiques des datacenters) montrent que, contrairement à ce qui avait été énoncé, les Datacenters créent très peu d’emplois. De plus, un centre de 1 000 m² nécessite à lui seul l’énergie d’une ville de 50 000 habitants. Ces rapports engagent des perspectives de régulation de la consommation d’énergie toutefois celles-ci ne sont pas mises en œuvre.

Le second mouvement d’opposition est porté par l’association urbaction93 créée par les riverains de la Courneuve. Cette dernière lance un procès aux opérateurs pour mauvaise réalisation de dossier ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement), c’est-à-dire l’étude de l’impact sonore ou le manque d’informations sur le risque d’explosion dû au stockage de fuel. C’est la première fois qu’un procès est lancé contre un datacenter. Leur victoire au procès est finalement annulée par une décision de justice permettant au Datacenter de poursuivre ses activités.

Le troisième mouvement concerne l’environnement. Les riverains, mécontents des suites de leurs procès, se rapprochent des groupes écologistes et des journalistes spécialistes de l’écologie qui forment le collectif toxic tour detox, organisant une visite guidée des lieux de pollution des gaz à effet de serre. Ce toxic tour detox a visé ce datacenter mais la mobilisation a été important lors de l’évènement, mais n’a pas duré dans le temps.

Les relations entre aménagement urbain et internet sont aujourd’hui peu suivies de la part des élus qui ont une connaissance très faible du sujet. Cela créé un problème car il aurait fallu effectuer de la régulation sur des infrastructures lourdes déjà installées. Les difficultés de lutte montre qu’il faut une sensibilisation plus accrue sur les questions écologiques et numériques.

2 – Problématisation / Discussion

A. Questionnement sur la quantité d’énergie nécessaire à un datacenter

Comme dit précédemment, un centre de 1 000 m² nécessite à lui seul l’énergie d’une ville de 50 000 habitants. Le rapport Votre cloud est-il Net ? de Greenpeace résume bien les choses : « Si le « cloud » était un pays, il se classerait (en 2012) au 5e rang mondial en termes de demande en électricité, et ses besoins devraient être multipliés par trois d’ici à 2020. »

De plus, une très grosse part de consommation d’énergie est due à la climatisation servant à refroidir les pièces surchauffées par les allées de serveurs fonctionnant sans interruption, afin que la température n’excède pas 30°C. La chaleur générée par les datacenters contribue à 25% à l’effet de serre généré par les technologies nuémriques, selon une étude de l’ADEME. Or, avec l’utilisation exponentielle d’internet, le besoin de créer des infrastructures supplémentaires ne cesse de croître.

De plus, le souci de continuité de service des Datacenter est pris très au sérieux. Par exemple, pour un datacenter qui cesse de fonctionner, les opérateurs sont prêts à faire venir des techniciens de d’autres Datacenters lointains en jet privé afin d’assurer une rotation du personnel chargé de régler le problème. C’est pourquoi les solutions de secours, à savoir les cuves de fuel et le raccordement à un deuxième distributeur d’électricité, sont indiscutables.

B. Existe-il des solutions de réduction ou de réutilisation de cette chaleur ?

Il est difficile de réutiliser la chaleur des Datacenters déjà existants. En effet, cela demande un raccordement des infrastructures à un réseau de chaleur, provoquant une interruption temporaire de l’activité du Datacenter, ce qui est inenvisageable du point de vue des opérateurs.

Toutefois, la question est primordiale pour les opérateurs qui dépensent des sommes considérables en facture d’électricité, malgré l’allègement des charges grâce à l’Etat. L’astuce, c’est donc de profiter d’un climat déjà froid pour limiter la consommation de la climatisation. Facebook a ainsi construit un premier datacenter hors du sol américain, à environ 700 km au nord de Stockholm. 9 mois sur 12, la température n’y excède pas les 10°C. Plus besoin de climatiser ! C’est aussi le cas de Google qui installe un de ces datacenter en Finlande. Ainsi, beaucoup de géants d’Internet ont fait le choix de profiter du climat des pays nordiques pour y installer leurs centres de données.

Dans le cas de la réutilisation de la chaleur générée, appelée « free-cooling », nous pouvons citer l’exemple du datacenter de la start-up Stimergy, situé dans les sous-sols d’une piscine dans le 13ème arrondissement de Paris depuis 2017, où la chaleur générée par le datacenter est récupérée pour chauffer la piscine grâce à des « chaudières numériques ». Le fait de ne pas avoir recourt à un système de climatisation divise le coût d’hébergement du centre de données par deux ! Le système de chaudière numérique développé par Stimergy permet ainsi de récupérer environ 60% de la chaleur dégagée par les datacenters.

C. Le cas des datacenters de Grenoble

De nombreux Datacenters sont présents sur l’agglomération Grenobloise, dont un « green datacenter », en accord avec le parti écologiste de la ville. Certains acteurs économiques décident de se faire une image de marque avec le côté « vert », toutefois, de manière générale, ce n’est pas un enjeu majeur pour les acteurs de plaine commune, à une exception près : un centre de données d’Equinix chauffe une serre tropicale de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria). En effet, ceux-ci ne promeuvent pas leur existence donc n’ont pas besoin de parler de leurs bonnes pratiques.

De plus, une réduction des gaz à effet de serre par l’utilisation des énergies renouvelables est difficilement envisageable car cela nécessite l’utilisation de minerais critiques, présents en quantité peu importante par rapport aux besoin croissant des voitures électriques.

D. Ce que je fais contribue à cette utilisation d’énergie ?

Notre usage quotidien d’outils connectés impacte-il réellement sur la consommation d’un Datacenter ? Ce qui est certain, c’est que notre utilisation d’un espace de stockage tel que le cloud (mails, comptes sur réseaux sociaux, divers objets connectés) ou le streaming fait tourner la machine. De plus, les serveurs sont aussi utilisés par les opérateurs téléphoniques pour assurer la continuité du service. En bref, nous sommes responsables de l’utilisation de ces datacenters. Le rapport évoqué plus haut propose des petits gestes pour limiter les dépenses énergétiques liées à nos activités, tels que la suppression des mails (dont la corbeille !), limiter le streaming, etc.

Mais est-ce grand-chose par rapport au trading à haute fréquence ou au Bitcoin (entre autres) qui sollicitent probablement bien plus les datacenters que nos usages quotidiens ? Malheureusement, aujourd’hui, aucune étude ne peut démontrer l’efficacité de ces petits gestes quotidiens par rapport aux multiples usages des datacenters.

3. Interprétation / critique

Il est primordial d’indiquer en premier lieu que cette étude d’un sujet très technique est abordée sous l’angle de la sociologie. Il est donc important d’insister sur la problématique de cohabitation et d’acceptation des datacenters par les populations, en terme de voisinage ou de débat public.

Cette avancée technologique s’est effectuée dans le silence et sans l’acceptation du grand public et même des élus, ce qui soulève aujourd’hui des débats, procès ou manifestations auxquelles il est difficile de donner suite et de trancher.

Nous pouvons établir un certain nombre d’interprétations et de critiques de ces informations. Tout d’abord, les interprétations peuvent paraître effrayantes : avec la croissance exponentielle du besoin de Datacenters (stockage de données, visualisation de films avec des services en plein essor comme NETFLIX), le trading à haute fréquence et tous les autres usages), il est difficile de croire que l’électricité produite suffira à alimenter ces centres dans la mesure où le gouvernement a pour objectif d’adopter une politique de réduction du nucléaire. Il est aussi difficile d’imaginer l’immensité de la place requise pour installer les futurs Datacenters. Il doit bien y avoir une limite au stockage des données.
Toutefois, il est ardu de tirer des conclusions trop hâtives d’un sujet dont les données sont peu nombreuses. En effet, les Datacenters étant dans le secret et leur existence étant à peine dévoilée dans la sphère publique, les données sont trop peu accessibles et exploitables pour en tirer une conclusion générale à l’ensemble des infrastructures. Sans compter le fait que l’étude évoquée durant ce séminaire ne porte que sur le cas de Plaine Commune, qui n’est pas représentatif de l’ensemble de l’ensemble desdatacenters présents dans le monde en 2017.

Cette étude n’évoque pas non plus les enjeux futurs des datacenters, notamment en termes d’avancées dans le domaine de l’efficacité énergétique des Datacenters. En effet, depuis l’implantation des datacenters en Plaine Commune, les infrastructures ont évolué, comme le montrent les exemples évoqués plus hauts de datacenters construits dans des zones froides afin de réduire l’utilisation de la climatisation, très gourmande en énergie, ou la réutilisation de la chaleur produite.

« Google ou Apple font tourner leurs centres sur des énergies renouvelables, pas seulement pour des raisons écologiques mais en prévision du risque d’augmentation du coût de l’électricité. Google a une licence de production d’énergie comme EDF ou bien installe des data centers dans des pays froids, ou près des centrales électriques pour minimiser la consommation. Ils sont très avance sur la façon de rationaliser au mieux l’énergie consommée et celle utile, sachant qu’une bonne partie de celle-ci part en fumée dans le procédé de refroidissement. » Guillaume Plouin, DIRECTEUR INFORMATIQUE auteur de plusieurs ouvrages sur les technologies de l’information (Dunod).

L’étude effectuée par Clément Marquet dévoile une affaire cachée de tous qui provoque aujourd’hui des réactions dans le domaine public. Il est intéressant de voir que les élus ont été, et sont toujours, pour certains, dépassés par cette nouvelle industrie. Aujourd’hui le voile se lève sur l’existence de ces Datacenters et de plus en plus de questions émergent, notamment dans un contexte de politique qui se veut davantage tournée vers les énergies renouvelables et la diminution des émissions de gaz à effet de serre et de polluants. Comment seront gérés, à l’avenir, ces Datacenters si gourmands en énergie et indispensable à une si grande partie de nos pratiques quotidiennes ?

Compte-rendu rédigé par Hanna Fetet (@Fetet_Hanna) et Marielle Vaxelaire (@MarielleVaxou), étudiantes au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

Usages et contestations des sciences : la nature et la communication chez les agriculteurs et les chasseurs

Cette première séance du séminaire Sciences, société et communication a accueilli le lundi 8 octobre Christophe Baticle (EDYSAN, Université Jules Verne d’Amiens) pour une intervention intitulée : Usages et contestations des Sciences : la nature et la communication chez les agriculteurs et les chasseurs.

1. Résumé / synthèse

A. Présentation de l’intervenant

Pour choisir un domaine peu ordinaire il faut savoir s’équiper d’un parcours atypique, Christophe Baticle est titulaire d’un doctorat de socio-anthropologie, d’un Master recherche en science politique ainsi que d’un Master professionnel en démographie et d’une Licence d’économie. Il fut également en mission post-doctorale au sein de l’unité LARHRA (LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) de l’université Grenoble Alpes, dans le cadre du Labex ITEM (Innovations en territoires de montagne).

En quelques mots, il est important de souligner ses domaines de recherches : la sociologie de l’espace et des territoires, ce qui englobe les conflits entre processus d’identifications aux territoires, en compétition avec les identités de classe, mais également la socio-anthropologie des pratiques de nature, la géographie politique et la sociologie électorale, les nouvelles ruralités, le dit développement durable et plus globalement les problématiques environnementales, ainsi que les mondes associatifs et le travail social dans les quartiers dits « sensibles ». On comprend alors que les pratiques cynégétiques sont pour lui un prétexte à travailler à l’intersection des questions de territoire et de nature.

B. Les sciences sociales et les pratiques cynégétiques

Dans un premier temps, Christophe Baticle nous lance que « la nature » relève d’une conception hydride, que la notion autour d’elle est munie d’une instabilité, ce à quoi, il nous explique que le travail qu’il a effectué vise à interroger les pratiques et instances cynégétiques, en particulier sur des secteurs comme la Somme ou la Picardie, la Normandie, les Alpes, les Pyrénées, le Québec et le Cameroun, comme formes d’expression du rapport à la territorialité. Cynégétique ne rime pas avec Agriculture/Agricole, mais dans son travail l’un ne va pas sans l’autre, dès le début du séminaire les deux mondes sont mis en corrélation.

Il est important de souligner qu’au travers de ces deux milieux, l’attachement à la ruralité est au cœur des processus d’identification aux territoires.

Il nous informe dans un second temps de la manière dont son approche du monde cynégétique s’est effectuée, après des premiers regards parfois très microsociologiques et ethnographiques. Il explique ainsi que dans un second temps son approche a visé à élargir l’angle pour décrire statistiquement les chasseurs de la Somme, soit environ 5 000 répondants sur pas loin de 28 000 pratiquants. Cette « mesure » quantitative a permis d’enrichir la concrétude de ces relations aux territoires locaux. Cette étude a cherché à montrer comment les chasseurs de la Somme reflétaient, à l’égard du local, une dimension autochtone qui ne se dément pas, pour ensuite illustrer leur implication à l’égard des territoires de leurs pratiques, laquelle révèle les transformations en cours dans les manières de penser l’environnement. Il s’agit de réfléchir à ce que la sociodiversité apporte en matière de biodiversité.

C’est en ce sens que l’étude de la pratique cynégétique intéresse les sciences sociales et particulièrement Christophe Baticle, pour comprendre les transformations de la société française, via les relations entretenues à la nature. Parce que la chasse constitue une forme de fait social total, sa compréhension détient une capacité heuristique.

 

C. Etudes des controverses dans le monde agricole

Dans un second temps, Christophe Baticle parle des controverses dans le monde agricole et qu’en fonction des syndicats on aura des positions différentes quant aux grands débats qui animent la profession (travail réalisé sous la direction de François Purseigle). Une de ces polémiques concerne la problématique des VrTH, c’est-à-dire les variétés rendues tolérantes aux herbicides (par exemple : le glyphosate). La controverse des VrTH a été médiatisée dès 2010 par les actions de fauchages de cultures OGM et VrTH organisées par des mouvements de faucheurs volontaires. Face ce mouvement, on peut distinguer deux positionnements des syndicats agricoles :

  • la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), en accord avec l’avis du 1er ministre de l’époque, Manuel Valls, est plutôt favorable aux expérimentations sur les VrTH. Pour la FNSEA il y a une distinction stricte entre les VrTH et les OGM, car contrairement à ces derniers il n’y a pas de modification génétique directe, il s’agit plutôt de favoriser les conditions de mutation.
  •  A l’inverse, d’autres syndicats craignent que cette résistance aux pesticides soit transmissible à d’autres variétés végétales et contamine des cultures voisines, rendant impossible la destruction des nouvelles pousses dans le cadre de la rotation. L’usage des VrTh pourrait également renforcer la dépendance des agriculteurs à l’usage de semences spécifiques ou aux fournisseurs de produits phytosanitaires. L’utilisation des VrTh suscite l’inquiétude des syndicats agricoles tels que la Confédération Paysanne et le Modef, qui les voient plus comme des OGM cachés. Ils s’inquiètent aussi des enjeux juridiques (en cas de contamination de cultures voisines) et commerciaux que des récoltes d’espèces VrTh pourraient engendrer.

2. Discussion / problématisation

A. Les polémiques agricoles

On retrouve parmi les polémiques agricoles récurrentes, le sujet des organismes génétiquement modifiés ainsi que celui de l’usage de pesticides. Ces conflits mobilisent de nombreux acteurs, parmi lesquels des instances scientifiques, des syndicats agricoles et l’opinion publique, avec comme sujet central la problématique de la nature, les usages et modifications que l’Homme en font. Un exemple marquant récent est la polémique autour de l’interdiction ou non du glyphosate en Europe. La toxicité du glyphosate a donné lieu à une véritable bataille d’experts. Bien qu’en mai 2015, le Centre International de Recherche sur le Cancer (rattaché à l’Organisation Mondiale de la Santé) ai classé le glyphosate comme « cancérogène probable », cela ne semble pas être contraignant. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), se sont néanmoins saisies de la question. Les deux agences ont reconnu la toxicité pour les milieux aquatiques. « Malheureusement, ce n’est pas suffisant du point de vue de la réglementation européenne pour suspendre l’autorisation d’un produit », regrette Carmen Etcheverry (chargée de mission du réseau agriculture de France Nature Environnement).

B. Adopter la bonne posture

Dans sa thèse intitulée « Les pratiques de chasse comme affirmations politiques du principe d’autochtonie : dimensions territoriales des luttes cynégétiques. », Christophe Baticle confie qu’avec le recul il estime que grâce à la posture, qu’il a adoptée lors de son étude ethnographique du monde cynégétique (dans la Somme), il a pu s’éloigner de la « pente plus communément admise sur le sens de la chasse ». Il entend par là cette image de la chasse comme exutoire social qui peut être confondu avec un loisir comme un autre. Dans ces observations, ce qui est revenu le plus souvent, c’est plutôt la démarche de parcourir, voire d’occuper, les lieux. Ce « jeu » de l’espace exprimerait alors plus une manière dont une collectivité territoriale se vit, « habite » un socio-écosystème.

Pour son étude, il a fait le choix d’adopter la posture du « traqueur», ce terme picard désigne celui qui va traquer le gibier et le rabattre sur les tireurs. Ce rôle était un moyen favorable pour s’introduire dans la communauté sans se différencier par une attitude observatrice extérieure.

Christophe Baticle reconnaît que d’un point de vue extérieur la communauté cynégétique peut paraître très fermée, mais c’est surtout le fait que ses membres se voient telle une confrérie incomprise de ses contemporains. Dans cette configuration, l’arrivée « d’intrus » ne peut qu’aboutir à une dichotomie manichéenne faite d’alliés et d’adversaires. Alors qu’en prenant part à la chasse sans jugement de valeur, Christophe Baticle a pu limiter cette fermeture (5 240 réponses exploitables sur la Somme et environ 2 000 sur le Nord-Pas-de-Calais), enrichissant ainsi ces mesures. Il ajoute qu’en plus cette approche permet aussi de révéler l’appréhension que représente ce terrain pour les universitaires. On continue à lui demander si… euh… « et tu pratiques ? »

C. Le rapport à la territorialité

Les résultats de l’étude ethnographique du monde cynégétique dans la Somme ont permis de constater la réalité de la relation des chasseurs avec les territoires locaux, loin de cette image de pratique de la chasse comme simple loisir. Le département de la Somme constitue un haut-lieu du monde cynégétique, qui se voit désigner comme le « pays des chasseurs ». Il résume à lui seul l’engagement pour la pratique de la chasse. Sur certains territoires (classés Natura 2000) on peut y voir une relation forte des populations avec les espaces naturels, qui peut aller à un tel point que toute intervention extérieure pourra être farouchement rejetée. Par exemple, un dispositif de protection du biotope rare, mis en place par une politique européenne, a été qualifié de « vampirisme territorial » par le parti Chasse Pêche Nature et Tradition (CPNT). La chasse semble être, pour les résidents permanents les plus modestes de ces territoires, le seul domaine où ils ont encore de l’emprise, à défaut de l’économique où les délocalisations les pénalisent sans qu’ils puissent agir sur cette dimension. Et ainsi la pratique cynégétique est devenue un point de rassemblement pour le combat des libertés d’usage du territoire. Et sur le plan national, en étudiant les « fiefs électoraux » du mouvement CPNT, on retrouve la prédilection des chasseurs à territorialiser leur pratique, car c’est dans les territoires où la chasse est un symbole d’identité que l’on retrouve le plus une tendance à s’affirmer comme « la France des différences ». La tradition constitue un repère présumé stable dans le contexte de la mondialisation.

3. Interprétation / critique

A. Terroir fruit de l’identité

L’aspiration à la transformation du monde passe de plus en plus par un retour à des valeurs que l’on croyait périmées. Ainsi, le terroir, auquel on prête une capacité à enrichir la personnalité et le collectif, une « authenticité » que l’on oppose à la mondialisation et au système social actuel, sinon au progrès, est à nouveau tendance. Rouler les « R », chanter les syllabes, retourner dans une mission personnelle concrète et enrichissante, travailler la terre et même revendiquer des passions parfois non assumées par le passé. Souvent nous entendons « chasser le naturel, il revient au galop », le terroir lui, nous rappelle auprès de ses valeurs souvent mystifiées.

Apprécié et revendiqué par le public, « le terroir » fait aujourd’hui l’objet d’enjeux dans une logique de mondialisation agricole portée par trois buts qui sont, rappelons-le, faire du profit, répondre au fait de nourrir tout le monde et évidement améliorer la qualité de la consommation.

Vieux mot utilisé pendant des siècles par nos tendres et chers paysans, le « terroir » fait d’abord référence à la qualité intrinsèque des terres. Inscrit dans la filiation avec le pays, le paysage, le terroir réfère au local. Ce local est aujourd’hui de plus en plus revendiqué au sein d’une population dite « rurale », les valeurs sont importantes et la « passion » de la terre est très ancrée. Lors de son séminaire, Christophe Baticle a souvent souligné ce côté terroir et identitaire, tout en tentant d’en déconstruire les mythes. En effet, la chasse comme l’agriculture, domaines en corrélation concernant ces revendications, offrent un terrain de jeu analytique et sociologique très riche. Certains mondes cynégétiques et ceux de l’agriculture paysanne se ressemblent particulièrement dans leur recours à des valeurs qui parlent en réalité des problèmes contemporains et cela nous l’a été prouvé durant ce séminaire.

B. Une nouvelle voie

Durant son séminaire Christophe Baticle nous a énormément parlé de la chasse, des problématiques rencontrées, du monde et évidement de son travail effectué. Malheureusement, on peut trouver que le recul face à celui-ci n’était pas toujours présent. Depuis maintenant trois ans (août 2016), Willy Schraën s’est emparé de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC), l’avant-gardisme de cet homme n’est plus à prouver.
Il souhaite donner, ou plutôt offrir, à la chasse française un nouveau souffle, de la modernité et un brin de jeunesse. Cela est important à souligner et à mettre en corrélation avec l’étude effectuée par Christophe Baticle. Aujourd’hui, il est important de mettre en avant l’énorme travail de communication que la FNC se voit développer. Campagne d’affichage, vidéos, sans oublier la communication interne qui favorise le dialogue et le progressisme social face à une société qu’on qualifie parfois d’« aseptisée », devant laquelle le monde cynégétique a parfois l’impression de faire front. Ouvrir ses portes, valoriser le travail technique, la gestion de la pratique et le partage de la nature offre au monde cynégétique une nouvelle voie moderne et futuriste, n’en déplaise à certain(e).

Cette confrontation « politique » pourrait devenir une piste pouvant être abordée dans de futurs travaux, afin de d’obtenir des résultats complémentaires et de montrer les transformations sociales en cours. Il conviendrait toutefois de ne pas être naïf : qu’il s’agisse des chasseurs ou des écologistes, les uns et les autres sont devenus des experts en communication et agissent comme des stratèges en la matière.

Compte-rendu rédigé par Grégoire Porte (@Gregoire_Porte), Gersande Lemarchand (@Gersande_L) et Jonathan Lafont (@paleo_j), étudiant-e-s au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).