Les sciences sociales face au problème des faibles doses de radioactivité

Résumé publié sur

 

 

Le 5 novembre, la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble a accueilli Marie-Aurore Ghis Malfilatre, doctorante au centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) pour un séminaire portant sur la santé des travailleurs sous-traitants dans le secteur du nucléaire. Nous vous proposons un résumé de la présentation de l’étude ethnographique qu’elle a mené dans les camps de ces travailleurs installés à proximité de centres nucléaires.

De la prise de conscience à la reconnaissance

Si aujourd’hui la santé au travail peu apparaître comme un droit « naturel » des travailleurs, ce n’est bien qu’en apparence, car la construction des politiques publiques sur ce sujet n’est pas si évidente. Comment, par exemple, expliquer qu’au lancement du programme électro-nucléaire en France (dans les années 50) les principaux syndicats apportaient leur soutien, alors même que les risques sur l’exposition à la radioactivité sont connus depuis les années 30 ? Marie-Aurore Ghis Malfilatre nous montre à travers son étude que le développement que nous connaissons actuellement sur les questions de santé au travail dans le nucléaire résulte de configurations d’acteurs sociaux à un moment donné.

Si la question n’est pas d’actualité au moment de la création des programmes nucléaires, une prise de conscience apparaît progressivement. Des scientifiques spécialisés dans le domaine du nucléaire commencent à constituer des groupes de réflexion internes et se montrent critique sur la question des risques d’exposition. Le problème est ensuite peu à peu porté par certains acteurs syndicaux. Il faudra toutefois attendre 1997 pour voir une première vague de mesures gouvernementales, avec un décret pour l’interdiction du travail intérimaire et l’obligation de mettre en place un suivi pour les sous-traitants du nucléaire.

Malgré tout, cette question des risques des travailleurs reste peu visible dans le débat public et dans l’arène politique. Dans les années 2000, des travailleurs sous-traitant tirent eux-même la sonnette d’alarme sur leurs conditions de travail et les enjeux que cela comporte pour la sûreté nucléaire. Leur mobilisation débouchera en 2006 sur l’abaissement des seuils d’exposition et la création d’un haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).

Et dans la pratique ?

Ces mesures mises en place progressivement ont permis d’encadrer les risques encourus par les travailleurs sous-traitant du nucléaire, mais qu’en est-il des pratiques réelles ? Pour répondre à cette question, Marie-Aurore a mené une étude ethnographique avec parfois des obstacles de taille pour trouver son terrain. En effet nous dit-elle, certains acteurs du nucléaire comme EDF se montrent peu ouverts sur le sujet de la sous-traitance et les informations sont difficiles d’accès.

Elle choisit alors d’aller au plus près des personnes concernées : les campings établis pour ces travailleurs. Lorsqu’un réacteur nucléaire est mis à l’arrêt, les travaux s’effectuent sur une durée relativement courte (quelques mois), et mobilisent entre 600 et 1500 travailleurs sous-traitants. Les travailleurs sont alors logés temporairement et à proximité des réacteurs. Ce qui ressort de l’étude de Marie-Aurore Ghis Malfilatre, c’est qu’au delà des mesures mises en place, le travail de sous-traitance est fait d’aléas, de « bidouillages », de non-dits.

Malgré la médiatisation des questions portant sur les risques du nucléaire, la question de ces travailleurs sous-traitant et de leurs conditions de travail réelles restent très peu visible. D’après Marie-Aurore Ghis Malfilatre, tout semble concourir pour que les questions de santé du travail nucléaire ne deviennent pas un enjeu politique. Les médecins du travail restent parmi les principaux acteurs de lutte pour la protection de la sous-traitance. Mais eux-même se retrouvent dans une position paradoxale : chargés d’assurer la santé des travailleurs tout en étant payés par l’entité qui pourrait être à l’origine des risques encourus par ces travailleurs.

En conclusion, l’étude ethnographique d’un point de vue historique sur la santé des travailleurs du nucléaire met en évidence le poids des différents acteurs sociaux mobilisés à un moment donné. Elle fait également apparaître le décalage qu’il peut exister entre les mesures politiques, la médiatisation et les pratiques réelles des travailleurs exposés au risques de la radioactivité. La médiatisation n’apparaît donc pas comme une condition suffisante pour que les pouvoirs publics s’emparent de la question.

Résumé rédigé par Matthieu Martin (), étudiant au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

Usages et contestations des sciences : la nature et la communication chez les agriculteurs et les chasseurs

Résumé publié sur

 

 

Lundi 8 octobre, à la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble, le séminaire présenté par Christophe Baticle abordait la question des usages et des contestations des sciences, et plus particulièrement le sujet de la nature et de la communication chez les agriculteurs et les chasseurs.

Comment définir la nature aujourd’hui ?

La nature renvoie au concept des milieux naturels et des êtres vivants qui le composent. Les pratiques agricoles et cynégétiques modifient et exploitent ce monde du vivant ; la forte influence de l’homme sur son environnement nous pousse à nous questionner sur ce qui est « naturel » ou ce qui ne l’est pas. Quelle conception de la nature avons-nous aujourd’hui ?

La notion de nature elle-même présente désormais une certaine instabilité. La nature telle qu’on la voit aujourd’hui présente de multiples facettes, que ce soit par les usages différents qu’en font les agriculteurs et les chasseurs, ou encore par sa gestion, par les questions de pratiques territoriales diverses et par les conflits ruraux que cela peut soulever. Nos propres représentations sociales de la nature sont à questionner. C’est l’hybridation des savoirs scientifiques et sociaux qui permet de déceler au mieux les conceptions de la nature.

Chasse et agricultures, quels points communs ?

Chasse et agriculture sont deux publics très impliqués et intéressés par la question des ressources naturelles.

La chasse et l’agriculture ont été deux pôles importants des mondes ruraux. À une certaine époque la chasse était d’ailleurs souvent une activité complémentaire de l’agriculture, car elle faisait office de ressource alimentaire supplémentaire et permettait de gérer les populations de « ravageurs de cultures ». Ces deux domaines ont parfois présenté une certaine méfiance à l’égard des sciences, souvent considérées comme des connaissances trop abstraites (« de l’écologie de trottoir »).

Pendant longtemps ces deux pôles ont eu des difficultés à communiquer, particulièrement dans le domaine de la chasse qui semblait alors respecter le fameux adage « pour vivre heureux, restons cachés ».

Dans le monde cynégétique.

On constate que les chasseurs font usage de connaissance scientifique très tôt. Le monde de la chasse va progressivement rechercher à légitimer ses pratiques cynégétiques, en mettant en avant l’aspect de la régulation des espèces et en assumant de plus en plus le côté loisir de la pratique. Au cours du temps, la représentation des chasseurs va changer au travers de ses pratiques de partages de connaissances.

À la fin des années 80 on assiste au passage d’une chasse ludique à une chasse de gestion. L’intérêt est de collecter et de produire des données (par exemple par le suivi de populations, de l’état sanitaire des populations animales…). Les chasseurs deviennent des sentinelles de la nature. Les fédérations de chasse vont jouer un rôle important dans la communication autour des actions de chasse, elles cherchent à montrer le poids important des chasseurs. Elles vont permettent de communiquer auprès d’un public plus large les actions menées par les chasseurs, et par la même de défendre et de mettre en valeur cette pratique.

Dans le monde agricole.

Les agriculteurs sont confrontés, dans leurs pratiques, à de nombreuses polémiques ou controverses. C’est au travers des syndicats agricoles que ces problèmes vont pouvoir s’exprimer.

→ L’exemple des VrTH (variétés rendues tolérantes à un herbicide): une polémique apparue en 2010.

Les VrTH, ces espèces végétales mutées de manière artificielle afin d’être résistantes aux pesticides, sont accusées d’être des OGM déguisés. Les espèces VRTH sont en effet tolérantes au glyphosate ainsi qu’à d’autres pesticides. Les « Faucheurs Volontaires » se mobilisent pour agir contre les VrTH sur le terrain, en fauchant les cultures d’OGM et de VrTH. Les actions des Faucheurs Volontaires sont alors de plus en plus médiatisées.

Face à ces actions illégales et à la pression des acteurs engagés, la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) réagit. Pour elle, il existe une frontière stricte entre les VrTH et les OGM. Il existe également une inquiétude de la part des agriculteurs, face à l’utilisation des VrTH.

Pour la Confédération Paysanne (un syndicat agricole favorable à l’exploitation respectueuse de l’environnement), les VrTH sont bien des OGM cachés ; de plus les VrTH ne sont pas naturels puisqu’il est davantage question d’hybridations. Leurs craintes sont multiples face à l’utilisation de ces variétés tolérantes :

• la crainte que cette résistance se transmettre à d’autres espèces végétales, ce qui est problématique dans le cadre de la rotation culturale. Il existe une différence entre la mutagenèse effectuée en laboratoire dans un environnement contrôlé et les conditions en plein champ. La réaction de la plante peut être différente.

• l’utilisation de VrTH renforce la dépendance des agriculteurs aux fournisseurs de semences et de produits phytosanitaires.

• pour la Confédération paysanne les VrTh ne sont qu’un moyen de contourner les lois européennes sur les OGM.

• les processus agricoles sont de moins en moins naturels.

Ainsi, au travers des pratiques cynégétiques et agricoles, la question de la nature se pose de plus en plus. Ces problématiques rappellent également l’importance de la position du chercheur : s’il dépend d’un commanditaire ou s’il ne rend des comptes à aucunes institutions. La place des syndicats de chasseurs et d’agriculteurs jouent un rôle important et central dans les questions de gestion de la nature. Ces divers syndicats sont primordiaux pour communiquer auprès d’un public rassemblé.

Résumé rédigé par Gersande Lemarchand (@Gersande_L), étudiante au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

Le travail d’animateur des réseaux scientifiques dans le domaine de la gestion de la nature

Cette première séance du séminaire d’études Sciences, société et communication a accueilli le lundi 2 octobre Gaëlle Rosin (IRESTA – EDYTEM, Université Grenoble Alpes) pour une intervention intitulée Le travail d’animateur des réseaux scientifiques dans le domaine de la gestion de la nature.

1. Résumé / synthèse

A. L’action publique environnementale : le recours à l’expertise

L’action publique environnementale en France se déploie sur différents domaines tels que l’eau, les sols, ou l’agriculture.

Au niveau de la protection de la biodiversité et de la nature, les espaces naturels protégés constituent un outil privilégié depuis très longtemps. Les espaces naturels protégés peuvent être définis comme “des espaces géographiques clairement définis, reconnus, consacrés et gérés, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés”. On inclut ainsi dans le terme des « institutions environnementales » les parcs nationaux, les parcs naturels régionaux, et les réserves naturelles, mais aussi des institutions comme l’Office National des Forêts.

Gaëlle Ronsin souligne le fait que “l’ensemble de ces territoires protégés par différentes réglementations et différentes formes d’actions représente 26% du territoire français”, soit tout de même un quart de la superficie de notre pays. Les missions de ces espaces son très diversifiées et incluent notamment le suivi des espèces et du changement climatique, la mise en place d’actions de développement durable, la lutte contre les espèces invasives, ou encore la régulation des activités sportives.

La protection de la nature au travers de ces espaces a été privilégiée à partir des années 1960-1970, par la mobilisation des associations. Aujourd’hui cependant, une vraie profession s’est mise en place avec la création de métiers spécifiques, comme par exemple le métier de garde forestier ou de chargé de mission de la biodiversité. On est davantage dans le répertoire du savoir, de la connaissance scientifique, de l’expertise et de la technologie, et beaucoup moins sur un registre militant.

Qui plus est, les espaces naturels sont gérés par des institutions et ont des statuts différents. Ainsi un parc national dépend de l’État, alors qu’un parc naturel régional dépend davantage d’une gestion territoriale. La gestion de ces territoires est de plus en plus caractérisée par :

  1. Des mesures pour favoriser la participation des acteurs (par exemple des procédures de délibérations et de concertations entre des agriculteurs, des chasseurs, et des écologistes afin de se mettre d’accord sur une politique ou sur des pratiques),
  2. Le recours à l’expertise scientifique, qui contribue aux politiques de gestion.
  3. Le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est un exemple de la complexité de la gestion des espaces naturels. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un parc ou d’une réserve (et donc pas d’un espace protégé), il s’agit d’une zone humide, et ce milieu est protégé par des conventions internationales, la convention RAMSAR notamment. Le projet entraîne donc tout un tas de consultations, parmi lesquelles on peut retenir une concertation auprès des citoyens, une enquête publique sur le respect de la loi sur l’eau, et l’avis d’un conseil d’experts sur la compensation des zones humides.

Malgré les avis défavorables de la part du CNPN (Conseil National de le Protection de la Nature) et du conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité, le projet est toujours en cours. Cela montre que les avis consultatifs des scientifiques ne sont pas forcément écoutés par les décideurs.

B. Les conseils scientifiques : fonctionnement et missions

Il existe environ 180 conseils scientifiques de l’action publique environnementale sur notre territoire, au niveau local, régional, et national (et ils sont notamment très présents sur les littoraux et les zones de montagne). Ces instances sont peu connues en France et peu étudiées. Bien que généralement rattachées à un parc ou à une réserve, elles ont pour mission de rester indépendantes. Leur structure juridique est cependant assez floue, et il existe peu de réglementations à l’échelle nationale, bien qu’un ensemble de préconisations aient été formulées par la Fédération des Parcs naturels régionaux de France en 2009.

Les conseils scientifiques sont composés d’une vingtaine de membres choisis pour leurs compétences ou par arrêté préfectoral. “Ils ne reçoivent pas de rémunération supplémentaire pour faire partie de ces instances”. Ils sont pluridisciplinaires et pluri-institutionnels car on y trouve environ 60% de chercheurs et 40% de scientifiques venant d’autres institutions environnementales et de différentes disciplines. Deux trois réunions sont organisées chaque année sous forme de groupes de travail ou de sorties sur le terrain, auxquels les gestionnaires sont conviés.

Gaëlle Ronsin nous explique que lors de ses séances, le conseil scientifique a pour objectif de “faire dialoguer des savoirs pluridisciplinaires et des visions différentes de la nature et de la science, afin d’appuyer l’institution, l’espace protégé, dans ses activités de connaissance et de gestion”. De ce dialogue résulte plusieurs activités, telles que des avis et des expertises sur des travaux, des projets ou programmes scientifiques, des documents d’orientation, des prélèvements d’espèces et des fouilles, et enfin, des opérations de gestion.

Il s’agit par ailleurs d’un espace qui construit une interface entre deux mondes : les scientifiques et les chercheurs d’un côté, et les professionnels de la protection de la nature de l’autre. Le conseil scientifique a ainsi pour mission de construire et de catalyser des réseaux au cours de ses séances, et pour cela il fonctionne énormément par projet.

Les activités du conseil scientifique posent un questionnement fondamental : comment s’opérationnalise la collaboration entre le monde de la recherche et celui des professionnels de la nature ?

C. Modes d’enquête et questionnements

Les travaux de thèse de Gaëlle Ronsin s’attachent à comprendre comment se nouent des collaborations entre les professionnels de la recherche scientifique et ceux de la protection de la nature, au sein des conseils scientifiques. Elle cherche ainsi à déterminer comment s’opérationnalisent ces collaborations à la fois inter-professionnelles et transdisciplinaires, identifier quels savoirs et savoirs-faire sont mobilisés dans ces zones frontières et comprendre les effets sociaux produits par ces espaces de rencontres.

Ses recherches s’appuient sur l’ethnographie, méthode d’enquête en sciences humaines et sociales reposant sur une immersion durable et prolongée de l’enquêteur au sein du groupe étudié, et incluant notamment des temps d’observation de situations et des entretiens. Elle a ainsi suivi les activités de trois animateurs de conseils scientifiques dans la région : Richard Bonet, responsable du service scientifique du parc des Ecrins, Pierre-Eymard Biron, conservateur de la réserve naturelle des Hauts Plateaux du Vercors, salarié du parc régional naturel du Vercors et Carole Birck, coordinatrice scientifique des réserves naturelles de Haute-Savoie.

Ses travaux sont complétés par l’étude de supports visuels (images et vidéos), et l’analyse de données quantitatives obtenues par questionnaires.

D. La construction d’une interface entre mondes professionnels

Une déconnexion est souvent observée entre les savoirs scientifiques “théoriques” et les opérations pratiques. Gaëlle Ronsin souligne que “c’est le cas dans la protection de la nature, mais pas que, par exemple dans les entreprises il y a des sciences du management, et parfois les gens n’arrivent pas bien à faire le lien entre ce que produit la science et ce qu’il se passe au sein de l’entreprise”. Différents travaux en sociologie des sciences montrent notamment que les liens entre la connaissance et l’action ne sont pas pré-établis mais doivent au contraire être pensés, construits, et pérennisés.

L’une des missions des conseils scientifiques est ainsi de réduire le fossé séparant scientifiques et gestionnaires d’espaces protégés, notamment en favorisant le développement d’une science frontière (ou “boundary science”), autrement dit une “science qui serait utile à la fois aux scientifiques mais aussi aux décideurs et aux gestionnaires”. Un exemple concret sur le territoire rhône-alpin est la réintroduction de vautours gypaètes dans le massif du Vercors. Cette opération de gestion, associée à un suivi scientifique et à des programmes de recherche, fournit non seulement des données de terrain aux chercheurs, mais également une validation scientifique du projet aux gestionnaires du parc.

Cependant, la création et la dynamisation de ces interfaces entre science et gestion de la nature ne peuvent aboutir sans un travail d’intermédiation et d’animation, permettant le transfert et la co-création de connaissances entre ces deux milieux. Dans les espaces protégés étudiés par Gaëlle Ronsin, cette fonction est assurée par des responsables scientifiques, chargés de coordonner l’activité scientifique sur le territoire afin de faire le lien entre leur espace naturel et les laboratoires de recherche.

E. Le travail des animateurs de conseil scientifique

L’une des principales caractéristiques du travail d’animateur de conseil scientifique tient à la multitude d’activités qu’il englobe. Gaëlle Ronsin parle de “travail polymorphe” et souligne que “c’est un poste assez flou, avec souvent peu de moyens mis à disposition”. Les animateurs ont ainsi en charge l’organisation de nombreux événements (réunion, sorties terrain) permettant la mise en relation des scientifiques et des gestionnaires d’espaces protégés. Ils réalisent par ailleurs des actions de communication, par la rédaction d’articles ou la participation à des colloques et séminaires, et diffusent régulièrement des actualités en lien avec la protection de la nature. Ils participent également à la valorisation des programmes scientifiques développés sur les réserves.

Leur champ de compétences est donc vaste mais aussi difficile à délimiter, puisqu’à l’interface entre science et animation.

Les animateurs de conseil scientifique doivent disposer de savoirs scientifiques solides, afin de saisir les problématiques et les enjeux techniques, de pouvoir échanger directement avec les experts, mais aussi d’être capable de faire le lien avec les gestionnaires d’espaces protégés. Ils doivent également faire preuve d’une bonne connaissance des milieux de la recherche et de la gestion de la nature, à la fois des institutions et des individus, pour savoir comment les impliquer et les engager dans les projets de conservation. Enfin, ils doivent démontrer des savoirs techniques, notamment organisationnels, pratiques et rédactionnels, mais aussi de réelles qualités relationnelles, afin d’instaurer un climat de confiance et de favoriser les échanges entre les différents acteurs.

Cependant, bien que les missions associées à cette fonction soient très diversifiées, elles découlent toutes d’un même objectif : tisser des liens entre acteurs de la recherche et de la protection de la nature et amener à la création et au développe-ment de réseaux interprofessionnels.

2. Discussion et problématisation

A. Légitimité et poids de la décision du conseil scientifique

Dans un projet de construction d’infrastructures, et plus largement dans n’importe quel projet invasif pour l’environnement, plusieurs forces et acteurs entrent en jeu : l’économie, la politique, l’industrie… et l’écologie, scientifique d’une part, et militante d’autre part. L’avis du scientifique n’est donc pas le seul à peser dans la balance. En cas d’avis divergent sur un projet, qui a le dernier mot ? Quel est le poids de l’avis du conseil scientifique dans la prise de décision ?

La décision, en fin de compte, est prise par le préfet, et donc par l’Etat. La science n’est pas sensée être supérieure vis-à-vis des autres intérêts. Les intérêts économiques, par exemple, ont beaucoup de force, et tendent à en avoir de plus en plus face à l’écologie.

En effet, la décision de la construction d’une infrastructure peut représenter beaucoup d’emplois. La construction d’un barrage ou d’un lac artificiel peut représenter une amélioration majeure de la vie agricole locale, engendrer des gains économiques par la production d’électricité… Ces intérêts entrent parfois en collision avec la décision du conseil.

L’Etat exige une expertise du conseil scientifique avant une prise de décision invasive pour l’environnement. Il entend les arguments, puis tranche, sans forcément prendre en compte ces derniers.

L’avis du militantisme écologiste (surtout représentés par des associations, ONG écologistes) est également un avis qui compte dans la décision, notamment quand le projet devient très médiatisé et est soumis à une forte controverse. Le plus souvent, les militants prennent le parti du conseil scientifique, jugé le plus légitime et le plus juste en matière de protection de l’environnement. Ce n’est cependant pas toujours le cas. Par exemple, le cas d’un projet de construction d’une ligne à haute-tension dans les Hautes-Alpes à la lisière du parc des Ecrins.

B. Hiérarchie des savoirs au sein du conseil scientifique

De nombreuses expertises sont représentées au sein d’un conseil scientifique. On peut y trouver des chercheurs de divers domaines scientifiques autour de l’écologie, mais également, des agriculteurs, des chasseurs, et des experts d’autres domaines comme des sociologues ou des géographes. Existe-t-il une hiérarchie des savoirs internes ? Donne-t-on plus la priorité aux arguments de certains domaines, dans le débat pour la décision du conseil scientifique ?

Le partage des savoirs n’est pas le seul échange qui a lieu dans un conseil scientifique. Ainsi, il y a également un échange de valeurs, qui se hiérarchisent, parfois, malgré elles : par exemple, la protection de la nature face aux activités humaines. La présence de gestionnaires, notamment de représentants d’institutions comme des universités, peut aussi apporter des échanges stratégiques et politiques. Le conseil scientifique entend des représentants de chaque intérêt.

Souvent, le savoir des chercheurs se place au-dessus des autres, dans une hiérarchie naturelle : le scientifique est crédible en tant que spécialiste de son domaine de recherche, en particulier ici s’il est spécialiste de l’environnement.

Mais au-delà de leur propre avis, ceux-ci peuvent proposer des prestataires extérieurs pour mener des études plus poussées dans des cas précis. En effet, ce travail d’expertise au sein d’un conseil scientifique est peu valorisé dans le métier de chercheur, car il n’aboutit que rare-ment à des publications de haut niveau. De plus, il peut exister un conflit d’intérêt entre l’expertise qui leur est demandée et leur sujet de recherche. L’intervention d’un prestataire extérieur, peu souvent sollicitée après l’avis d’un conseil scientifique, permet d’apporter un plus grand poids aux arguments des chercheurs, dans ce cadre.

C. Gestion et administration du conseil scientifique

Les conseils scientifiques sont obligatoires dans quasiment tous les espaces naturels protégés. Les personnes qui en sont membres sont des personnes qui exercent cette fonction en parallèle de leur profession principale. Comment sont constituées ces équipes, et où se trouve le pouvoir décisionnel dans leur gestion et leur administration ?

Lorsqu’une place au conseil scientifique devient vacante, les membres déjà en place se concertent pour proposer de nouvelles personnes. C’est le principe de cooptation. Une liste de noms est soumise à la préfecture, puis validée par cette dernière. Il n’existe aucune règle relative à sa composition. Cependant, dans certains domaines, la structure est plus rigoureuse, comme par exemple dans les domaines de l’énergie nucléaire, de la sécurité alimentaire ou encore de l’industrie pharmaceutique.

3. Ouverture

Ce séminaire a soulevé de nombreuses questions – qui n’ont pas toutes été abordées – et nous souhaitons terminer ce compte-rendu par une ouverture en lien di-rect avec notre formation en communication et culture scientifiques et techniques. Au cours des échanges avec Gaëlle Ronsin, il a été mentionné que notre profil professionnel pourrait s’accorder avec la fonction d’animateur de réseaux scientifiques.

Mais pourrions-nous nous projeter dans cette activité ? A première vue, il nous paraît difficile d’envisager ce débouché. D’une part, le statut de ces animateurs est encore très précaire, et il s’agit plus d’une fonction que d’un métier à proprement parlé. Il n’existe pas vraiment de fiche de poste, et le recrutement se fait principalement en interne. Il est d’ailleurs difficile de trouver à l’heure actuelle des documents présentant cette fonction, et c’est pourquoi ce rapport inclut plus de références relatives aux conseils scientifiques qu’à la fonction d’animateur en elle-même. Par ailleurs, cette fonction paraît nécessiter une formation scientifique solide. Les animateurs suivis par Gaëlle Ronsin disposent par exemple tous d’un master ou d’une thèse dans le domaine de l’environnement ou de l’écologie.

Ce haut niveau scientifique se justifie notamment par la nécessité de devoir dialoguer avec des experts, et d’être capable de “vulgariser” les informations pour les transmettre aux gestionnaires des espaces protégés.

De plus, nous émettons quelques réserves quant au réel impact des conseils scientifiques. La question du poids de leur avis dans la prise de décision d’une construction ou d’une modification majeure des paysages a été soulevée par les étudiants. Cette question peut faire appel à la très médiatisée affaire du barrage de Sivens, ce projet de construction visant à inonder la vallée du Testet dans le Tarn, en 2014. Plusieurs avis ont été émis en amont de la décision de cette construction, dont l’avis du conseil scientifique, défavorable au projet. En effet, le site était constitué, entre autres, d’une zone humide, abritant nombre d’espèces animales et végétales protégées. Cependant, d’autres expertises se sont montrées favorables à cette construction, jugée nécessaire pour l’activité agricole du secteur. C’est à la suite de nombreuses manifestations militantes, de l’occupation du site par des défenseurs de l’environne-ment, et malheureusement du décès de l’un d’entre eux suite à une altercation avec les forces de l’ordre, que le projet initial a été abandonné en 2015.

Notons ainsi que sans l’activité militante très virulente, ayant fait couler beaucoup d’encre, la décision du conseil scientifique n’aurait jamais fait le poids face aux enjeux économiques du projet.

Ce type de controverses n’est pas un cas isolé. La gestion du loup dans les espaces naturels est un autre débat qui mobilise de nombreux acteurs, et dans lequel les conseils scientifiques ne sont pas forcément écoutés.

De fait, nous remarquons que les enjeux environnementaux se retrouvent très régulièrement confrontés à des enjeux politiques et économiques, qui ont souvent le dernier mot.

Cependant les conseils scientifiques restent nécessaires dans le fonctionnement des espaces naturels, et la fonction d’animateur de réseaux scientifiques, bien que récente, semble être amenée à se développer dans un futur proche. En effet, le besoin de dialogue entre scientifiques et professionnels de la gestion de la nature paraît être un point essentiel dans l’activité des conseils scientifiques. Cela pourrait conduire dans les années à venir à une plus grande professionnalisation du métier d’animateur de réseaux scientifiques.

Compte-rendu rédigé par Sandy Aupetit (@_OLittle), Myriam Andurand (@Mylieva) et Tiffany Diague, étudiantes au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).