Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les datacenters à Plaine Commune

Résumé publié sur

 

 

Le lundi 19 novembre le bâtiment Alpilles 1 au campus de l’université Grenoble Alpes a accueilli Clément Marquet (doctorant en sociologie à Telecom ParisTech) pour présenter les travaux de sa thèse intitulée : Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune. Durant sa présentation il a pu raconter comment les data centers, des structures invisibles et secrètes, ont pu devenir quasiment un problème public. Son étude se base sur l’histoire du territoire Plaine Commune au nord de Paris, de 1990 à 2015 ce dernier a connu une importante implantation de data centers.

La face cachée d’Internet

Aujourd’hui avec la démocratisation d’Internet on entend du plus en plus parler de la numérisation des données, on parle aussi de dématérialisation. Il s’agit du remplacement des supports d’informations matériels par des données informatiques, qui peuvent circuler sur les réseaux numériques ou être stocker en ligne (le Cloud, « nuage » en bon français). Mais en réalité toutes ces données informatiques nécessitent une part matérielle pouvant jouer un rôle non négligeable dans l’aménagement des villes. Et c’est là qu’on arrive au sujet des data centers.

Ce sont des espaces physiques regroupant des équipements qui permettent le stockage de données informatiques. Ces bâtiments, parfois de taille très importante, bénéficient pourtant d’une certaine invisibilité.

En général, les utilisateurs des équipements informatiques ne sont pas conscients de cet aspect qui s’éloigne des discours autour de la dématérialisation des données et de l’image du Cloud. Les data centers sont aussi discrets dans le paysage des villes, certains sont implantés dans d’anciens immeubles ou entrepôts reconfigurés. L’architecture des bâtiments est générique et ne donne pas d’indice sur leur activité.

Le territoire de Plaine Commune et les data centers

De 1990 à 2015, le territoire de Plaine Commune va connaître un réaménagement important dû notamment à la préparation de la coupe du Monde 1998. L’état français va alors faire de grands investissements, suscitant un regain d’intention pour le territoire. Plaine Commune bénéficie de certains avantages pour l’implantation de data centers : proximité d’alimentation électrique (postes sources), accès aux réseaux des télécommunications, facilité d’accès (RER et autoroutes) et absence de risques majeurs.

Le territoire va jouer un rôle très actif dans sa promotion en tant que « capitale européenne des data centers ». Les data centers apportent aussi certains avantages pour le territoire : ils permettent de lutter contre l’implantation d’entrepôt de stockage qui pourraient générer un trafic important de camions, ils jouent un rôle de « police urbaine » avec les dispositifs de sécurité entourant ces bâtiments.

Les élus politiques se sont beaucoup servis de ces arguments pour « vendre » l’implantation des data centers aux riverains. Mais il faut savoir que malgré les discours de promotion il n’y a pas vraiment de connaissance sur ce que sont les data centers et comment ils fonctionnent, que ce soit du côté des habitants ou celui des élus.

Le basculement

L’implantation des data centers dans le territoire de Plaine Commune ne va pas aller sans problèmes. Elle a pris de cours la planification du gestionnaire du réseau électrique ERDF, qui ne pouvait plus garantir de pouvoir fournir de l’électricité pour les data centers, du moins sans aménagement important du réseau (poste source supplémentaire). Le territoire de Plaine Commune va devenir moins attractif, il subit une chute de la fiscalité divisant par 10 les revenus des data centers.

Différents mouvements d’opposition à ces infrastructures ont commencé à apparaître chez les habitants, notamment à cause des nuisances sonores qu’ils causent et du risque d’explosion (présence de grandes cuves de fioul destinées à alimenter des générateurs de secours en cas de panne électrique). Des rapports pointent les consommations en énergie beaucoup trop importantes par rapport aux bénéfices économiques engendrés par la présence des data centers. Un centre de données de 1000 m² consomme l’équivalent d’une ville de 50 000 habitants, soit plus que l’ensemble des habitants du territoire.

Enfin les data centers sont la cible de critiques environnementales voulant rendre visible les luttes contre les structures produisant des gaz à effet de serre. Des actions de médiation et de sensibilisation du public sont engagées (collectif Toxic Tour). Mais il n’y a pas vraiment de mobilisation des élus politiques, malgré la conscience de l’impact des activités humaines sur l’environnement (COP21).

En conclusion, l’histoire du territoire de Plaine Commune illustre bien l’impact des technologies numériques sur les villes, les data centers constituent une part matérielle « cachée » de Internet. Ils jouent un rôle important dans l’aménagement des territoires mais très peu de personnes en sont conscientes. L’implantation des data centers est légitimé par les politiques qui y voient des leviers économiques. Dans le contexte du réchauffement climatique, la question de l’empreinte du numérique sur l’environnement que soulève les opposants à ces infrastructures est importante. Malgré les actions de médiatisation de ces questions par ces acteurs, le politique ne semble pas vouloir se pencher sur ces problèmes.

Résumé rédigé par Jonathan Lafont (@paleo_j), étudiant au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

(Dé)construire l’(In)acceptable : la santé environnementale en contexte postcolonial

Résumé publié sur

 

 

Lundi 26 novembre 2018 Cécilia Claeys, maître de conférences au Laboratoire Population Environnement Développement, est venue à la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble pour nous parler de la gestion des moustiques en France d’outre-mer et métropolitaine. Certains moustiques peuvent être porteurs de maladies tels que le paludisme, le chikungunya, le zika ou la fièvre jaune. Dans les dom-tom la propagation des moustiques est essentiellement due à une mauvaise gestion de l’espace urbain. Et « tant qu’on construit des structures propices à la formation de gîtes larvaires, distribuer des prospectus ne sert à rien ! » explique Cécilia Claeys.

En effet les moustiques devenant résistant aux insecticides l’un des moyens de les éliminer est la destruction des larves. Ces larves se développent dans des petites quantités d’eau stagnante telle que l’on peut en trouver dans les pots et vases de jardin ainsi que les gouttières. Si ces stocks d’eau servent essentiellement à la décoration ou l’arrosage des jardins en métropole et peuvent donc facilement être renversés il n’en va pas de même dans les îles. En effet en Martinique le réseau d’alimentation en eau potable, en plus d’être un des plus cher en France, est irrégulier. Aussi les habitants doivent recueillir l’eau de pluie. D’autres procédés peuvent être utilisés afin d’endiguer la progression de ces maladies. Dans les quartiers des villes de métropole française dés qu’un cas de maladie est suspecté des décontaminations insecticides sont réalisées. Cependant comme dans les dom-tom ces maladies sont plus fréquentes, elles ne sont pas systématiquement signalées. De plus les décontaminations coûtant cher, ces moyens ne sont utilisés que lorsque les soupons sur la nature de la maladie sont confirmés. Les dom-tom ne possèdent pas les mêmes outils que la métropole pour lutter contre les maladies dues aux moustiques.  Cet écart de moyens est d’autant plus étrange que ces maladies avaient disparu depuis le milieu du 20ème siècle en métropole, alors qu’elles ont toujours été un enjeu prioritaire dans les dom-tom depuis la colonisation. En effet avant la colonisation les habitants vivaient sur des terrains éloignés des zones marécageuses, ce sont les colons qui en arrivant se sont installés près de la mer, là où se trouve les zones marécageuses. Ainsi une grande partie des villes sont aujourd’hui construites dans ces lieux où prospèrent les moustiques.

Cet héritage explique le problème des moustiques dans les dom-tom, mais est aujourd’hui une réalité qui ne peut être détruite ou ignorée. Cependant les dom-tom se calquent aujourd’hui sur les méthodes métropolitaines pour gérer les moustiques. Ces méthodes sont malheureusement inappropriées au contexte des îles et n’arrivent pas à freiner la propagation des maladies liées aux moustiques.

Résumé rédigé par Marielle Vaxelaire (@MarielleVaxou), étudiante au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).

Les sciences sociales face au problème des faibles doses de radioactivité

Résumé publié sur

 

 

Le 5 novembre, la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble a accueilli Marie-Aurore Ghis Malfilatre, doctorante au centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) pour un séminaire portant sur la santé des travailleurs sous-traitants dans le secteur du nucléaire. Nous vous proposons un résumé de la présentation de l’étude ethnographique qu’elle a mené dans les camps de ces travailleurs installés à proximité de centres nucléaires.

De la prise de conscience à la reconnaissance

Si aujourd’hui la santé au travail peu apparaître comme un droit « naturel » des travailleurs, ce n’est bien qu’en apparence, car la construction des politiques publiques sur ce sujet n’est pas si évidente. Comment, par exemple, expliquer qu’au lancement du programme électro-nucléaire en France (dans les années 50) les principaux syndicats apportaient leur soutien, alors même que les risques sur l’exposition à la radioactivité sont connus depuis les années 30 ? Marie-Aurore Ghis Malfilatre nous montre à travers son étude que le développement que nous connaissons actuellement sur les questions de santé au travail dans le nucléaire résulte de configurations d’acteurs sociaux à un moment donné.

Si la question n’est pas d’actualité au moment de la création des programmes nucléaires, une prise de conscience apparaît progressivement. Des scientifiques spécialisés dans le domaine du nucléaire commencent à constituer des groupes de réflexion internes et se montrent critique sur la question des risques d’exposition. Le problème est ensuite peu à peu porté par certains acteurs syndicaux. Il faudra toutefois attendre 1997 pour voir une première vague de mesures gouvernementales, avec un décret pour l’interdiction du travail intérimaire et l’obligation de mettre en place un suivi pour les sous-traitants du nucléaire.

Malgré tout, cette question des risques des travailleurs reste peu visible dans le débat public et dans l’arène politique. Dans les années 2000, des travailleurs sous-traitant tirent eux-même la sonnette d’alarme sur leurs conditions de travail et les enjeux que cela comporte pour la sûreté nucléaire. Leur mobilisation débouchera en 2006 sur l’abaissement des seuils d’exposition et la création d’un haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).

Et dans la pratique ?

Ces mesures mises en place progressivement ont permis d’encadrer les risques encourus par les travailleurs sous-traitant du nucléaire, mais qu’en est-il des pratiques réelles ? Pour répondre à cette question, Marie-Aurore a mené une étude ethnographique avec parfois des obstacles de taille pour trouver son terrain. En effet nous dit-elle, certains acteurs du nucléaire comme EDF se montrent peu ouverts sur le sujet de la sous-traitance et les informations sont difficiles d’accès.

Elle choisit alors d’aller au plus près des personnes concernées : les campings établis pour ces travailleurs. Lorsqu’un réacteur nucléaire est mis à l’arrêt, les travaux s’effectuent sur une durée relativement courte (quelques mois), et mobilisent entre 600 et 1500 travailleurs sous-traitants. Les travailleurs sont alors logés temporairement et à proximité des réacteurs. Ce qui ressort de l’étude de Marie-Aurore Ghis Malfilatre, c’est qu’au delà des mesures mises en place, le travail de sous-traitance est fait d’aléas, de « bidouillages », de non-dits.

Malgré la médiatisation des questions portant sur les risques du nucléaire, la question de ces travailleurs sous-traitant et de leurs conditions de travail réelles restent très peu visible. D’après Marie-Aurore Ghis Malfilatre, tout semble concourir pour que les questions de santé du travail nucléaire ne deviennent pas un enjeu politique. Les médecins du travail restent parmi les principaux acteurs de lutte pour la protection de la sous-traitance. Mais eux-même se retrouvent dans une position paradoxale : chargés d’assurer la santé des travailleurs tout en étant payés par l’entité qui pourrait être à l’origine des risques encourus par ces travailleurs.

En conclusion, l’étude ethnographique d’un point de vue historique sur la santé des travailleurs du nucléaire met en évidence le poids des différents acteurs sociaux mobilisés à un moment donné. Elle fait également apparaître le décalage qu’il peut exister entre les mesures politiques, la médiatisation et les pratiques réelles des travailleurs exposés au risques de la radioactivité. La médiatisation n’apparaît donc pas comme une condition suffisante pour que les pouvoirs publics s’emparent de la question.

Résumé rédigé par Matthieu Martin (), étudiant au sein du M2 Communication et culture scientifiques et techniques (CCST) de l’Université Grenoble Alpes (#CSTgre).